Me Isabelle Lamy a rejoint les rangs de BCF à titre d'avocate le 13 avril dernier.
Me Isabelle Lamy a rejoint les rangs de BCF à titre d'avocate le 13 avril dernier.
C’est lundi dernier, le 13 avril 2015, que Me Isabelle Lamy a rejoint les rangs de BCF à titre d’avocate, quittant le cabinet Stikeman Elliott dans lequel elle exerçait depuis cinq ans au sein du groupe de droit des sociétés et des affaires.

L’expertise de l’avocate, qui a obtenu son Barreau en 2007, couvre les fusions et acquisitions de sociétés, le capital-investissement, la mise-en-place de structures corporatives optimales, le développement de projets immobiliers ainsi que les valeurs mobilières.

Me Lamy, en plus d’avoir agi à titre de conseillère juridique dans le cadre d’acquisitions et de dessaisissements d’envergure, a également pratiqué au sein du cabinet Osler pendant presque quatre ans. Elle y était alors entrée à titre de stagiaire et d’étudiante.

Faire partie des bâtisseurs

« Toutes ces années-là, j’étais fascinée et très intéressée par le développement des affaires », dit celle qui a très tôt commencé à développer une clientèle en mid-market. BCF se situait exactement dans la lignée de ce qu’elle souhaitait développer dans sa carrière professionnelle.

Lorsqu’elle discute pour la première fois avec Me P. Mario Charpentier, l’un des six fondateurs de BCF, et Me André Morrissette, président du conseil d’administration du cabinet et co-responsable de l’équipe stratégique Fusions et acquisitions, elle se retrouve dans leur discours.

« Je voulais faire partie des bâtisseurs, j’ai comme eux le goût de bâtir », confie celle qui a conduit de très grosses transactions comme le rachat de Van Houtte par la filiale de Keurig Green Mountain qui s’élevait à plusieurs centaines de millions de dollars. Lors de plus « petites transactions », Me Lamy dit être restée très proche des entrepreneurs à qui elle aimait offrir non seulement des conseils juridiques, mais aussi stratégiques.

L’approche business est « nécessaire »

C’est « cette passion de l'entrepreneurship » et ce désir de vouloir aider les clients à réaliser « leurs rêves de bâtisseurs » qui font de Me Isabelle Lamy « un atout » pour BCF, a indiqué de son côté l’associé directeur P. Mario Charpentier.

Selon l’avocate, l’approche business n’est plus seulement une plue-value mais carrément « nécessaire. » L’entrepreneur impliqué dans des transactions, explique-t-elle, a besoin que l’avocat possède une très bonne connaissance du marché.

Me Lamy a obtenu son diplôme en droit à l’Université de Montréal, en 2005, sept années après l’obtention d’un baccalauréat en psychoéducation à l’Université Sherbrooke, qui lui a donné « le goût de la négociation et le goût des gens ».

Bien qu’elle soit une spécialiste des affaires, Me Lamy adore « tout l’aspect relationnel » avec les entrepreneurs, dit-elle. « J’aime comprendre les gens, être proche d’eux, je pense que cela fait une réelle différence. »

Enfin, notons que l’avocate a participé à l’établissement au Canada de nombreuses entreprises de l’étranger. Elle a également conclu diverses ententes commerciales, notamment dans le domaine minier et le développement du Grand Nord québécois, où elle a contribué à la signature de partenariats entre ses clients en affaires et les communautés autochtones.