Me Jean-Roch Parent, procureur aux poursuites criminelles et pénales
Me Jean-Roch Parent, procureur aux poursuites criminelles et pénales
Cette fois, c’est plutôt menottes aux poings que l’homme a été amené pour y être accusé de harcèlement criminel.

Les faits qui sont reprochés à l’homme de 37 ans se seraient déroulés entre le 13 décembre 2014 et le 7 juin dernier.

Une autre accusation, soit celle d’avoir omis de se conformer à une condition d’une promesse remise à un agent de la paix, a également été portée contre le procureur.

Représenté par Me Maxime Roy, c’est devant le juge Carol Saint-Cyr que Me Parent s’est engagé à demeurer chez sa mère pour la suite des procédures.

Il devra également respecter un couvre-feu de 23 h à 7 h, s’abstenir de consommer de l’alcool, ne pas communiquer avec la présumée victime au dossier et ne pas quitter le Canada.

Suspendu

Du côté du bureau du directeur aux poursuites criminelles et pénales, le porte-parole, Me René Verret a fait savoir que, pour l’instant, Me Parent était suspendu de ses fonctions et qu’aucun autre commentaire ne serait fait concernant les accusations portées par Me Geneviève De Passillé, une procureure de l’Ontario.

Rappelons que c’est ce jeune procureur qui a réussi à faire condamner, en avril 2013, Pierre-Olivier Laliberté pour le meurtre de Michaël Cadieux, 20 ans, poignardé à 14 reprises en pleine nuit, le 12 juin 2011, dans son logement de Saint-Sauveur.

C’est également lui qui était à la tête du procès devant jury de Bruno Marier, trouvé coupable de tentative de meurtre sur son ex-conjointe pour des gestes posés le soir du 16 octobre 2011.

Il reviendra devant le tribunal le 28 août prochain.