Deng Thiak Adut, enfant-soldat africain réfugié en Australie et devenu avocat après des études de droit
Deng Thiak Adut, enfant-soldat africain réfugié en Australie et devenu avocat après des études de droit
C’est le 3 septembre dernier que la Western Sydney University a publié une vidéo racontant le parcours de Deng Thiak Adut, un enfant-soldat africain réfugié en Australie et devenu avocat après des études de droit, indique Le Figaro.

« J’ai tourné la vidéo pour raconter à tout le monde que peu importe combien de voyages, combien de problèmes, combien d’obstacles vous rencontrez sur votre chemin, vous devez admettre que vos handicaps ne sont pas entièrement vos handicaps. Ils pourraient être des avantages si vous suivez un chemin avec les bons ingrédients, la bonne formation, les bonnes personnes », a déclaré Deng Thiak Adut à 702 ABC Sydney.

Enlevé à six ans

L’histoire de cet avocat débute au Soudan : le jeune garçon est enlevé à six ans à une mère, pauvre et analphabète par l’Armée de Libération du Peuple Soudanais. Il est conduit en Ethiopie, après 33 jours de marche dans le désert et devient un enfant-soldat.

Avec son AK-47, il combat avec les rebelles. Il n’est pas éduqué, tout ce qu’il sait, ce sont quelques phrases en arabe, explique le site Positively Remarkable People. A douze ans, Deng Thiak Adutl est blessé par balles, on lui a tiré dans le dos. En tout, il se fera tirer dessus quatre fois. Il sera également le témoin de nombreuses exécutions et survivra après avoir marché sur une mine.

Sept ans plus tard, son demi-frère le fait sortir clandestinement du Soudan et l’emmène dans un camp de réfugiés au Kenya, où ils rencontrent une Australienne qui décide de les aider à partir en Australie. L’avocat est alors âgé de 14 ans.

Protéger les autres

Pris en charge par les Nations Unies, Deng Thiak Adut est accueilli dans la région de Sydney-Ouest. Le futur juriste apprend à lire à l’âge de 15 ans, choisit d’habiter dans sa voiture en « homme libre » et enfin entre à la Western Sydney University. Ce n’est qu’en 2012 qu’il pourra retourner dans son pays afin de revoir sa mère.

En tant qu’avocat, son objectif est de « protéger les autres », explique-t-il dans une vidéo qui résonne tout particulièrement dans le contexte actuel. Publiée le 3 septembre sur YouTube, elle compte déjà plus de 390 000 vues.

Selon l’université australienne, il s’agit d’un « véritable message d’« espoir, de détermination et de courage ». Celle-ci a d’ailleurs réalisé plusieurs autres vidéos sur certains de ses diplômés dotés d’un parcours remarquable tels ce jeune ingénieur remarqué par une entreprise de la Silicon Valley pour sa voiture solaire, ou cette jeune fille qui avait perdu sa maison lorsqu’elle était enfant et devenue depuis directrice d’un musée new-yorkais.