Guy Turcotte fauché au terme de son second procès
Guy Turcotte fauché au terme de son second procès
Lorsqu’il avait déclaré faillite, Turcotte avait déclaré des actifs de 1000 $ et des passifs totalisant 54 626 $, selon des documents officiels consultés par le Journal.

Incapable de payer ses avocats, l’ex-cardiologue accusé des meurtres de ses enfants s’était donc tourné vers la Commission des services juridiques, mais le budget semblait maigre.

« Nous n’avons même pas les sous pour embaucher un expert (afin d’analyser un disque dur) », avait lancé Me Pierre Poupart de la défense lors d’un hors-jury au 18è jour du procès.

Maintenant que les jurés délibèrent, les médias peuvent rapporter tout ce qui a été dit sans qu’ils ne soient présents.

Assistants bénévoles

Le dossier était suffisamment complexe pour que les frères Pierre et Guy Poupart aient besoin d’assistants, mais le budget n’était pas au rendez-vous.

« Nous avons quatre personnes qui font du bénévolat pour faire les transcriptions (des témoignages), avait lancé Me Pierre Poupart lors d’une audience hors-jury, alors qu’il était critiqué pour avoir trainé à envoyer des rapports d’experts à la Couronne. On fait ce qu’on peut avec les moyens qu’on a. Nous n’avons pas les moyens de l’état. »

Quelques jours plus tard, encore en hors-jury, c’est le juge qui avait critiqué la défense pour son retard.

« À quelque part, vous êtes plus qu’en retard, avait lancé le magistrat à la défense. Si la Couronne avait agi de la même façon, vous seriez les premiers à sauter au plafond. »

Proche de son argent

Ce n’est pas la première fois que la question d’argent apparait dans cette affaire.

Dans les semaines suivant la mort de ses enfants, Guy Turcotte a payé son compte de carte de crédit, avait d’ailleurs rappelé Me René Verret de la poursuite lors de ses plaidoiries.

Et le témoignage d’une chef de service de l’hôpital de Saint-Jérôme démontre que l’accusé était à son argent peu après le drame. Turcotte lui avait en effet laissé un message téléphonique, où il affirme avoir perdu un chèque de 350 $ signé par un collègue.

«S’il peut m’en faire un nouveau, ce serait très apprécié, avait dit Turcotte. Je vais avoir ben des avocats à payer.»