Me Andréanne De Lasalle Couture a été stagiaire puis avocate durant trois ans au sein du cabinet Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert et associés
Me Andréanne De Lasalle Couture a été stagiaire puis avocate durant trois ans au sein du cabinet Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert et associés
Accès Juriste. C’est le nom de la toute nouvelle plateforme lancée par une jeune avocate, Me Andréanne De Lasalle Couture, 26 ans.

À l’issue de trois années en pratique privée, elle quitte son cabinet pour reprendre une maîtrise en droit international. Loin de ressembler à l’idée qu’elle s’en était faite, la formation oblige Me De Lasalle Couture à revoir ses plans de carrière.

Manque d’accès aux services juridiques, manque de confiance de la population, problèmes d’orientation des jeunes juristes sur le marché du travail, ces trois éléments résonnent alors aux oreilles de l’avocate.

« Mon point de vue est, qu’idéalement, les gens devraient avoir tous accès à des services juridiques, qui sont aussi importants selon moi que des services médicaux », estime-t-elle. À ce titre, Me De Lasalle Couture a ainsi pensé à proposer un forfait afin que ses clients puissent bénéficier d’un tarif prévisible.

Pour son forfait à 750 dollars, dont elle a estimé la valeur régulière, dans un cabinet normal, à 1300 dollars, l’avocate d’Accès Juriste propose ainsi un entretien d’une heure, la préparation de la demande ou de la contestation, et l’entretien préparatoire au procès, entre autres tâches habituelles comme l’ouverture du dossier ou l’analyse du droit applicable.

Minimiser les coûts

Pour réduire ses tarifs, Me De Lasalle Couture a commencé par faire le choix de conseiller ses clients seulement pour les petites créances, où il n’y a donc pas de frais de représentation. La plupart des tâches sont effectuées à distance, par internet ou téléphone. Elle ne rencontre le client en vis-à-vis que si c’est absolument incontournable. Une autre façon pour elle de minimiser les coûts.

« Il y a des gens qui ne bénéficient pas des services pro bono mais qui trouvent quand même que les coûts en cabinet sont trop dispendieux pour eux, reconnaît-elle. Je le ressentais déjà quand j’étais en pratique privée. Mais c’est normal car c’est très cher de pratiquer, on assume également un certain niveau de risque et les tarifs sont aussi liés à ça. C’est correct mais je trouve qu’il manque encore une alternative. »

L’avocate sait également que certains jeunes avocats ne pratiquent pas dans des conditions satisfaisantes. Ce point lui tient à coeur, elle qui estime avoir été chanceuse dans son parcours, De tels mandats pourraient, selon elle, leur apporter autre chose. L'implication consiste à accepter ponctuellement des mandats au compte d'Accès Juriste contre une rémunération additionnelle, ainsi que le notifie sa plateforme. Me De Lasalle Couture espère ainsi créer un réseau de jeunes avocats autour d’une même ambition : proposer un accès à la justice différent et redorer l’image de la profession.

Me Andréanne De Lasalle Couture a été stagiaire puis avocate durant trois ans au sein du cabinet Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert et associés. Barreau 2012, elle a également travaillé un an à titre d’analyste juridique pour la BMO. Elle est diplômée de l’Université de Montréal.