Des victimes du terrorisme en procès contre les géants du net
Des victimes du terrorisme en procès contre les géants du net
Ils estiment que ces plateformes ont permis à Daesch de promouvoir le terrorisme, rapporte l’ABA Journal.

Les plaignants ont avancé que les défendeurs ont mis à disposition du groupe terroriste une infrastructure matérielle. Pour eux, sans les médias sociaux, « la croissance explosive de Daesch au cours des dernières années n'aurait pas été possible ».

La plainte a été déposée par des proches de Sierra Clayborn, Tin Nguyen et Nicholas Thalasinos, qui ont été tués par Tashfeen Malik et Syed Rizwan Farook, lors de l'attaque de décembre 2015.

Cet attentat avait fait 14 morts et 22 blessés.

Ils demandent des dommages-intérêts aux géants d’internet pour avoir aidé et encouragé le terrorisme, la mort injustifiée, la détresse émotionnelle et le soutien matériel aux terroristes.

À travers le pays, d’autres plaintes similaires ont été déposées contre les médias sociaux au nom des victimes de l'attaque de la boîte de nuit à Orlando, en Floride, et du père d'un étudiant décédé dans l’attaque terroriste de Paris, selon Los Angeles Times.

Facebook, Twitter et Google avaient alors manifesté leur soutien aux familles, tout en rappelant qu’ils ne sont pas responsables de ces événements.

Mais les familles font face à un obstacle de taille, puisqu’une loi protège les fournisseurs de services informatiques interactifs de toute responsabilité du contenu créé par des tiers.

L'un des avocats représentant les familles de San Bernardino, Me Keith Altman, a déclaré au Huffington Post qu'il espère sensibiliser les entreprises de technologie.

Facebook a expliqué dans un communiqué qu’« il n'y a pas de place sur Facebook pour les groupes qui s'engagent dans des activités terroristes ou pour des contenus qui expriment leur soutien pour une telle activité. Nous prenons des mesures rapides pour supprimer ce contenu lorsqu'il nous est signalé ».

Twitter a de son côté indiqué que plus de 375 000 comptes ont été suspendus dans un délai de six mois.

Pour lire la plainte, cliquez ici.