Le juge Paul Crampton. Source : fct-cf
Le juge Paul Crampton. Source : fct-cf
Le gouvernement canadien allègue que Cedo Kljajic, un résident du Québec, a frauduleusement obtenu sa citoyenneté canadienne en cachant la part qu’il a prise dans la création et la gestion d’une milice policière responsable de violences dans l'autoproclamée « République Serbe » au début des années 1990, révèle la Presse canadienne.

Le juge de la Cour fédérale Paul Crampton a admis la semaine dernière qu’il a de bonnes raisons de penser que l’accusé a effectivement commis des crimes contre l’humanité. Il serait donc inadmissible à la citoyenneté canadienne.

Les ministères de l’Immigration et de la Sécurité publique soutiennent que M. Kljajic a été nommé à un poste de haut rang au sein de l’armée spéciale en 1992 : responsable de la police MUP de la Republika Srpska. Cette police s’est engagée dans des attaques généralisées et continues contre les citoyens non-serbes de l’ex-Yougoslavie.

M. Kljajic, devenu résident permanent du Canada en 1995 et citoyen en 1999, fait maintenant face à la déportation. Pour sa défense, il indique n’avoir conservé son poste au sein de la force paramilitaire que par peur de représailles.