Me Étienne Bisson-Michaud
Me Étienne Bisson-Michaud
Un nouvel avocat vient grossir les rangs de NOVAlex, un cabinet plutôt novateur mis sur pied en 2016.

Me Étienne Bisson-Michaud a fait son entrée au sein du groupe litige et règlement de différends, lundi dernier.

L’avocat spécialisé dans les domaines du droit immobilier, des baux commerciaux, ainsi que de la mise en place et la réalisation de garanties hypothécaires travaillait depuis neuf ans chez Gascon et associés. Est-ce que la décision a été difficile à prendre?

« C’est sûr que ç’a été une grosse réflexion, confie le principal intéressé. C’est un départ réfléchi, qui s’est fait de façon amicale… mais qui a été très émotif! »

C’est majoritairement le modèle d’entreprise et la vision de NOVAlex, à la fois un cabinet et une clinique juridique pro bono, qui ont donné envie au Barreau 2007 de faire le saut.

« Ce qui m’a attiré, c’est le mariage des affaires et de la philanthropie, la profondeur de l'équipe, la réalisation des mandats… énumère Me Bisson-Michaud. Au cours des derniers mois, j’ai rencontré des gens dynamiques, motivés, qui ont tous des étincelles dans les yeux! Et c’est vraiment inspirant! »

Pour chaque heure de services juridiques rendue à un client d’affaires, le cabinet offre une heure de services juridiques gratuits à un individu à faible revenu, une OBNL ou un entrepreneur qui en est à ses débuts. Il est aussi le seul cabinet au Québec à avoir obtenu une certification B Corp, attribuée à des entreprises qui répondent à des normes de performance sociale et environnementale, notamment.

Étienne Bisson-Michaud a commencé sa carrière chez Therrien Couture Joli-Coeur (Joli-Coeur Lacasse, à l’époque), à Québec, après des études à l’Université de Sherbrooke. En 2009, il est retourné dans son Estrie natale, pour travailler chez Racicot Chandonnet, un cabinet de Granby. En 2011, il a fait le saut chez Gascon, à Montréal.

Depuis ses débuts, il oeuvre en litige immobilier, un domaine qu’il aime parce que « ça bouge énormément ».

« Il y a toujours des nouveaux projets, explique-t-il. La façon dont on va bâtir des bâtiments, l’usage qu’on va en faire, tout ça va changer avec le temps. Je trouve ça très vivant. »

Passionné de litige, il ajoute qu’il est très enthousiaste de se joindre à une équipe qui a « une belle profondeur » dans ce domaine.

« L’arrivée d’un nouvel avocat du calibre d’Étienne vient bonifier notre équipe d’un autre joueur d’expérience et confirmer la position de NOVAlex dans les industries de la construction et de l’immobilier, tant en matière de services-conseils qu’à titre de plaideurs », explique quant à lui Me Ryan Hillier, chef de la direction et cofondateur du cabinet, par communiqué.

NOVAlex compte maintenant 20 avocats.