La juge Magali Lewis dénonce l’attitude de Me Mathieu Cloutier. Photos : Archives et Shutterstock
La juge Magali Lewis dénonce l’attitude de Me Mathieu Cloutier. Photos : Archives et Shutterstock
Le Tribunal des droits de la personne déplore l’attitude de Me Mathieu Cloutier, avocat de la Ville de Gatineau, dans un dossier de profilage racial impliquant la Ville et deux de ses policiers, rapporte Le Droit.

La Ville de Gatineau et les deux agents du service de police ont été condamnés lors de ce procès à verser 18 000 $ à un citoyen ayant été victime de « profilage discriminatoire » lors d’une intervention survenue à la fin de 2013.

Selon la juge Magali Lewis, l’avocat du cabinet Painchaud Leblanc Bertrand a adopté avec ses questions qui n’avaient « aucune pertinence » une attitude « de suspicion, de condescendance et de dénigrement », la même que celle reprochée aux policiers visés par la poursuite. Une situation que la juge ne pouvait « passer sous silence ».

« (...) Toutes ces questions rappellent amèrement l’époque - heureusement révolue - où il était permis de questionner les victimes d’agression sexuelle sur “ la longueur de la jupe ” qu’elles portaient et insinuer qu’elles aient pu inviter l’agression par leur comportement. »

Me Cloutier aurait notamment demandé au plaignant pourquoi il se trouvait au dépanneur au moment de son interpellation alors que le commerce n’était pas sur le chemin de son retour à la maison.

« Il questionne aussi (monsieur) sur la façon dont il était habillé le 27 décembre 2013, mettant en doute qu’il venait réellement du travail habillé de cette façon, relate la décision. (...) La réponse est simple : il est, au poste d’analyste de processus qu’il occupe alors, responsable d’une équipe d’investigateurs et peut porter des jeans le vendredi, comme le permet la coutume du “ casual Friday ”. »

Le maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin s'est excusé mardi de l’agissement de ses policiers en martelant que le profilage racial est « totalement inacceptable ».