Mario Roy. Photo : Archives
Mario Roy. Photo : Archives
Mario Roy a été accusé mardi d’avoir harcelé et intimidé pendant plusieurs mois (entre le 1er novembre 2017 et le 20 décembre 2018 l’avocate Me Éliane Hogue, rapporte La Presse. Il a comparu dans ce dossier mardi, au palais de justice de Montréal.

Plus précisément, il est accusé de harcèlement criminel et d'intimidation envers une personne associée au système de justice.

L’homme n’est pas inconnu du Barreau puisque le syndic lui reproche d’avoir exercé illégalement la profession d’avocat alors qu’il n’est pas membre en règle du Barreau du Québec. Il utilisait notamment sa page Facebook pour donner des avis juridiques. Cette page a été fermée depuis, car elle violait les conditions d’utilisation du réseau social.

C’est dans ce contexte que M. Roy aurait harcelé et intimidé Me Hogue. Le principal intéressé nie toutes ces accusations et entend bien prouver sa non-culpabilité. Il estime plutôt que c’est le Barreau du Québec qui le harcèle.

Il pense plutôt utiliser son passage devant le tribunal et un jury pour démontrer les thèses qu’il avance, notamment que le Barreau et la Direction de la protection de la jeunesse opèrent un réseau d’enlèvement enfants.

Depuis le début de la pandémie, Mario Roy est également le leader du mouvement anti-masque. Il a déjà participé à plusieurs manifestations pour défendre la liberté des citoyens de choisir s’ils veulent porter ou non le couvre-visage.

Me Hogue de son côté n’a pas répondu à nos demandes d’entrevues. Elle est membre du Barreau depuis 1989 et exerce surtout dans des dossiers de litige et de responsabilité professionnelle.