Mes Gabriel Archambault, Mathilde Borsenberger et Keyvan Nassiry. Photos : Site web de Gowling WLG et archives
Mes Gabriel Archambault, Mathilde Borsenberger et Keyvan Nassiry. Photos : Site web de Gowling WLG et archives
Les premières entrevues de la course aux stages arrivent à grands pas. Pas de stress!

Avant que la course aux stages ne soit annulée l’année dernière, Droit-inc avait contacté les grands cabinets qui participent à la course aux stages pour vous obtenir quelques trucs infaillibles, auxquels nous avons ajouté d’autres conseils pour une entrevue par visioconférence.

Tout d’abord, sachez que la première entrevue n’a pas pour but de vous coincer ou de vous faire passer un examen, comme le souligne le responsable de la course aux stages pour Clyde & Co Me Gabriel Archambault.

« C’est plutôt informel, souligne l’associé. Il s’agit de vraiment apprendre à connaître les personnes et voir si le “fit” est le bon. On n’a pas de critères fixes sur lesquels on passe avec une “check list” en première entrevue! On y va pas mal plus sur l'aspect humain, pour voir si on s'entend bien avec le candidat ou la candidate, si la conversation est facile, s’il y a un intérêt de part et d’autre. »

C’est là où le cabinet va notamment prendre le pouls de l’intérêt du candidat pour les domaines de pratique du cabinet. Pour Clyde & Co, par exemple, on parle de l’intérêt pour le litige en responsabilité civile ou en droit des assurances.

« On vérifie aussi la qualité du français et la qualité de l’anglais », ajoute Me Archambault.

Comme le confirme Me Mathilde Borsenberger de Gowling, les cabinets cherchent surtout à faire connaissance avec les candidats. Ce qui ne veut pas dire que des qualités précises ne sont pas recherchées : « la curiosité, l’ouverture sur le monde est extrêmement importante, un côté novateur et créatif », énumère la directrice des avocats salariés, des stagiaires et des étudiants chez Gowling.

La préparation à l’entrevue

Le mot d’ordre est d’être soi-même et détendu le plus possible lors de l’entrevue... ce qui n’est pas incompatible avec une bonne préparation! En fait, la préparation est essentielle à une bonne entrevue pour la course aux stages.

« La préparation est l'élément crucial, estime justement Me Gabriel Archambault de Clyde & Co. Moi, je ne peux pas aller à la cour sans me préparer avant, et je pense que ça s'applique tout autant aux entrevues. »

Voici ce que les candidats devraient faire pour se préparer à leur entrevue.

  • Faire une synthèse
« Ce qui va être important, c'est d'une part de demeurer naturel, mais d’autre part de s'assurer d'une certaine synthèse, de vraiment se questionner en se demandant : “qu’est-ce que j’ai envie de transmettre comme message?” », explique Me Borsenberger de Gowling.

Il s’agit donc de réfléchir sur le message que l’on veut faire passer aux recruteurs, et de le synthétiser en deux ou trois éléments pour chacun de ces trois thèmes :
  1. Parcours académique;
  2. Expérience professionnelle; et
  3. Intérêts / passions / implications.
Vous n’aurez qu’un court moment pour vous faire valoir, il faut donc être succinct! Ce qui vous servira également, car on demande aux jeunes avocats de faire montre d’une capacité de synthèse et de s’exprimer de manière claire. Tant mieux si vous en faites la preuve pendant l’entrevue.

« À proscrire : la cassette qui se répète et se répète, avertit Me Gabriel Archambault de Clyde & Co. On peut voir assez facilement en entrevue un discours déjà préparé qui fait juste se répéter. »

  • Recherche à propos du cabinet
Par ailleurs, faites vos recherches sur le cabinet et ses champs d’expertise.

Quand on demande à Me Archambault quelles ont été les meilleures entrevues qu’il a vues, il répond : « des gens qui ont pu simplement nous épater avec toutes leurs réponses. Ils ont fait leurs recherches sur le cabinet, sur le monde qui les passaient en entrevue, dont moi souvent, et ils posaient des questions sur les décisions qu’on avait plaidées. »

Même son de cloche du côté de Me Keyvan Nassiry, qui a longtemps chapeauté la course aux stages alors qu’il était associé au sein de divers grands cabinets (McMillan, BCF, Miller Thomson…).

« Il faut en connaître le plus possible sur l'individu qui vous passe en entrevue et l'organisation, conseille Me Nassiry. Il n’y a aucune raison de ne pas demander de l’information via LinkedIn, des amis ou son réseau, ou encore d’appeler le bureau et poser quelques questions. »

  • Préparation technique : caméra, micro, éclairage...
Pour éviter d’être déstabilisé pendant l’entretien à cause d’un problème technique, réalisez quelques essais en amont. Cela vous permettra de tester votre connexion, votre casque audio, d’ajuster le positionnement de votre webcam, de vérifier que vous n’êtes pas à contre-jour et qu’il n’y a rien en arrière-plan qui pourrait distraire votre interlocuteur.

Parmi les erreurs à ne pas commettre, on compte l’état de la pièce dans laquelle vous allez vous connecter. L’arrière-plan du candidat doit être neutre et ne pas être jonché d’affiches douteuses. Afin que l’esprit du recruteur soit uniquement focalisé sur vos paroles, les effets personnels présents derrière vous doivent, eux aussi, être rangés.

« Vous pouvez vous installer devant votre bibliothèque, indique Me Nassiry. Si elle est remplie de guides de voyage ou de médailles gagnées lors de compétitions sportives, ça fait des “conversation pieces” pour l'intervieweur. Ça peut être un peu un “show and tell” de notre vie, ou sinon ça peut donner un peu plus de crédibilité sur ce qui est sur votre CV côté extracurriculaire. »

Pour éviter de casser le rythme de l’échange, assurez-vous également que vos proches, chiens ou chats ne vous dérangent pas durant votre conversation. Dans la même veine, fermez les éventuelles fenêtres de messagerie instantanée.

  • Pratiquer!
Vous pouvez demander à quelqu’un de confiance de vous filmer alors que vous répondez à quelques questions sur vous. Il pourrait s’ensuivre une critique amicale de votre performance.

Si vous ne trouvez personne, le logiciel Zoom permet aussi l’enregistrement. Le résultat vous donnera une bonne idée de votre maintien et de vos gestes pendant que vous parlez.

« Les gens ne réalisent pas à quel point le non-verbal est essentiel », souligne Me Keyvan Nassiry.

  • S’informer sur l'actualité juridique
Le droit est censé être votre passion, non? Que ce soit à la première ou à la seconde entrevue, il faudra le démontrer! Faites un tour sur Droit-inc pour vous tenir au courant des dernières nouvelles.

Pendant l’entrevue

Votre regard doit être tourné vers la webcam, sans quoi le recruteur aura l’impression que vous n’osez pas le regarder dans les yeux ou, pire, que vous n’êtes pas impliqué dans l’échange.

« Ça va être délicat de transmettre et de véhiculer l'enthousiasme : on ne peut pas donner de poignée de main, illustre Me Nassiry. Ça donne plus de défi pour générer de la confiance et se démarquer des autres. »

Durant l'entrevue, gardez une voix calme et posée, articulez bien, ne coupez pas le recruteur. Laissez lui mener l'échange. Vous aurez le temps ensuite de clarifier certains points ou poser des questions.

« Il ne faut pas rester trop cadré, et il ne faut pas s'empêcher de s'exprimer, assure la responsable du recrutement des futurs stagiaires chez Gowling Me Mathilde Borsenberger. Au contraire, qu'on puisse voir réellement leur intérêt, leur couleur, leurs idées, et les éléments qui sont importants comme la curiosité, la compréhension de certains contextes qui sont en lien avec certaines problématiques plus globales. Les meilleures entrevues, c’est lorsqu’on a l'impression que la personne est déjà un collègue. »

Bonne nouvelle! Vous pouvez avoir vos notes sous les yeux. Griffonnez alors sur papier ce que vous voulez absolument dire. Restez toutefois spontané. Autre option : ouvrir à côté de la fenêtre Skype un document Word avec les infos, que vous pourrez consulter ainsi sans détourner le regard.

Quoi porter

L’épineuse question! Au moins, la visioconférence vous ôte le stress de devoir sélectionner un pantalon. Quoiqu’il est possible qu’on aperçoive vos jambes, alors de grâce, ne soyez pas en sous-vêtements…

« On peut s'habiller comme on le souhaite, nous rassure Me Mathilde Borsenberger. Par contre, lorsqu’on est dans une rencontre avec client, une présentation ou une conférence, généralement on souhaite qu'il y ait quand même un bon décorum qui soit conservé, et je pense que ce serait une bonne chose pour eux de conserver ce décorum-là tout en sachant que dans un futur proche ce ne sera peut-être pas nécessaire au quotidien non plus. »

Les questions

Parmi les questions susceptibles d'être posées aux étudiants, certaines sont des « classiques » des entretiens d'embauche.

Racontez une expérience au cours de laquelle vous avez fait preuve de leadership.
Démontrez par un exemple concret que vous êtes capable de travailler en équipe.
Citez l’une de vos plus belles réussites ou encore expliquez comment vous avez réussi à surmonter un échec.

Préparez-vous également à parler de la situation actuelle : comment avez-vous occupé votre temps durant le confinement? Qu’avez-vous appris sur vous-mêmes en cette période difficile? etc.

Et surtout : pourquoi voulez-vous travailler au sein de ce cabinet précis?

« Si les candidats ne savent pas trop pourquoi, on peut en déduire que peut-être cette personne-là a fait plusieurs applications un peu partout sans faire de recherche, ou qu’elle a eu une perte de mémoire, indique Me Gabriel Archambault de Clyde & Co. On le voit tout de suite avec cette question-là s'ils ont fait leurs recherches ou non. »

Outre le parcours académique et l’expérience professionnelle, on va vous poser des questions sur vos intérêts extérieurs au droit. Il s’agit de parler de vos implications communautaires, sportives, de vos passions.

« On va pouvoir aussi voir comment la personne est ouverte au changement et est capable de s'adapter, ajoute Me Borsenberger de Gowling. Et puis cette flexibilité, cette capacité d'ouverture au changement, de proposer des solutions différentes, ça c’est quelque chose qu'on va aller également chercher de manière prioritaire. »

Pour vous préparer davantage aux questions qui devraient vous être posées, parcourez le très complet guide monté par la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke.

À la fin de l’entrevue

« Avez-vous des questions? » OUI, vous en avez! Poser des questions à la fin de l’entrevue démontre votre intérêt et votre curiosité.

L’École du Barreau donne quelques exemples de questions pertinentes que vous pourrez poser à la fin de votre entrevue.

  • Comment se déroulerait l’encadrement de mon stage? Qui serait mon maître de stage?
  • Quelles tâches pourraient m’être confiées? Quelles seraient mes responsabilités?
  • Quand allez-vous prendre une décision? Est-ce que je peux vous rappeler?
  • Sur quels critères allez-vous baser votre choix?
La seule question qu’on évite, c’est celle du salaire. Laissez le cabinet aborder lui-même la question, et faites vos recherches avant l’entrevue pour connaître l’échelle salariale.

Bonne chance, et rappelez-vous qu’à la course aux stages, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Votre carrière ne sera pas déjà finie si vous ne décrochez pas un stage, au contraire.

Avec Gilles des Roberts, Agnès Rossignol et Emeline Magnier.