Me Catherine Claveau et de Me Antoine Aylwin. Photos : Archives
Me Catherine Claveau et de Me Antoine Aylwin. Photos : Archives
Après avoir consulté leurs confrères et réfléchi à leur plan, Mes Antoine Aylwin et Catherine Claveau ont présenté leurs plateformes respectives. S’ils se rejoignent sur certains grands points, ils se distinguent l’un de l’autre sur plusieurs autres.

Les points communs et leurs nuances

La transformation technologique de la profession et la santé mentale des avocats étaient des incontournables. Ces sujets tiennent donc une place importante sur les plateformes des candidats.

Quelques différences apparaissent toutefois dans les détails, surtout au niveau de la transformation technologique. Me Claveau concentre son discours autour d’une plus grande uniformité à travers la province quant à l’accès à la justice, certaines différences de pratiques entre districts ou entre juges apparues avec la pandémie ayant pu entraîner un déséquilibre.

Elle compte aussi miser sur la formation technologique de tous les membres, puisque la mise sur pied du Projet LEXIUS et la dématérialisation des dossiers provoquera de grands changements dans la pratique.

Me Aylwin estime quant à lui que le virage technologique amorcé dans les dernières années doit être accéléré. Pour y arriver, il compte entre autres sur la mise à jour du Guide des TI publié par le Barreau et sur l’amélioration de l’offre de service de courriel sécurisé et d’infonuagique. « Nous avons besoin de dossiers judiciaires électroniques, de plateforme d’échange de documents, d’écrans et de logiciels permettant de traiter l’information et les documents en temps réel », écrit-il.

Tous deux souhaitent valoriser la profession. Me Claveau compte le faire en mettant sur pied une campagne publicitaire afin de faire connaître toute la gamme de services offerts par les avocats. Me Aylwin mise quant à lui sur l’éducation citoyenne et espère convaincre le gouvernement d’inclure des notions de droit dans les programmes du primaire et du secondaire afin que les futurs citoyens sachent dans quelle situation ils peuvent demander l’aide d’un avocat.

Bonifier l’offre de formations, notamment en éthique et déontologie, travailler à augmenter la diversité dans la profession, mettre en place les recommandations du rapport sur le harcèlement dans le milieu du droit et poursuivre la réforme de l’École du Barreau sont également des priorités mises de l’avant par les deux candidats.

Là où deux visions s’affrontent

Sur certains points, les aspirants bâtonniers prennent des directions bien différentes. Par exemple, alors que Me Aylwin souhaiterait valoriser davantage les avocats retraités en leur permettant d’offrir des services juridiques pro bono ou d’agir comme mentor, Me Claveau mise sur la nouvelle génération en proposant un meilleur accompagnement des jeunes avocats travaillant en solo ou en petit cabinet.

On remarque aussi un grand clivage dans le rapport du Barreau avec l’Ordre des notaires. En effet, Me Aylwin propose un regroupement des deux ordres professionnels, suivant l’exemple des professions comptables qui se sont récemment unies. Il plaide que ce changement pourrait mettre fin à la compétition existant entre les deux professions. Me Claveau a une vision plus protectionniste et désire conserver dans le giron des avocats certains champs de pratique que tenteraient de s’approprier les notaires ou les comptables.

Ce qui sort de l’ordinaire

Certaines propositions sont uniques à chaque candidat. Par exemple, Me Claveau met de l’avant l’amélioration de l’accès à la justice pour les peuples autochtones, une réduction de la cotisation pour les membres ainsi qu’une bonification des tarifs et services couverts par l’aide juridique.

Me Aylwin propose quant à lui un changement de vision au Barreau afin d’améliorer le service aux clients, tant les avocats que les justiciables. Une mise à jour des processus administratifs, une réduction des délais dans le traitement des dossiers, la mise en place d’un portail-membre amélioré et une mesure de la satisfaction de la clientèle font partie de ce plan.