L’auteur Mark Cohen. Photos : Site web d’Amazon et archives
L’auteur Mark Cohen. Photos : Site web d’Amazon et archives
L’idée n’est pas incongrue.

C’est l’auteur Mark Cohen, par ailleurs directeur général de la firme de consultation juridique Legal Mosaic, qui émet cette hypothèse dans son livre « Law is not ready for Amazon. Is Amazon ready for Law? »

Mark Cohen ne voit pas pourquoi Amazon, qui a déjà conquis le commerce électronique, mais aussi d’autres secteurs, n’en ferait pas de même avec le marché juridique. Et les fournisseurs de ce marché ne devraient pas se croire à l’abri de l’appétit de la multinationale fondée par Jeff Bezos. Toutes les industries sont des cibles potentielles de ce puissant acteur qui sait comme nul autre rendre agréable l’expérience client, affirme Cohen dans son ouvrage.

En fait, Amazon dispose déjà d’un réseau de cabinets juridiques spécialisés dans la propriété intellectuelle, chargés de fournir des services d’enregistrement de marques à des tarifs négociés, relève Slaw.

Ce réseau, IP Accelerator, vise le marché des petites et moyennes entreprises, relativement mal desservies. Pour cela, Amazon utilise sa recette habituelle: se concentrer sur le client, sans tenir compte de l’offre proposée par la concurrence.

Mais Amazon pourrait aller bien au-delà de la seule propriété intellectuelle, en misant sur de larges pans de la clientèle, à l’exception de la clientèle haut de gamme sur laquelle se concentrent les fournisseurs actuels.

Si Amazon parvient à utiliser ses ressources comme elle le fait dans d’autres industries, en offrant une expérience client optimale, la firme pourrait se tailler une part considérable du marché juridique.