Me Pascale Villani. Photo : Site web de BCF
Me Pascale Villani. Photo : Site web de BCF
Se joindre à un cabinet… à titre de notaire?

C’est le choix de Pascale Villani, qui s’est jointe à BCF Avocats d’affaires en 2008 dans le cadre de son stage en notariat.

Il s’agissait, à l’époque, d’une première dans l’histoire du cabinet.

Elle explique son choix à Droit-inc. Entretien.

Parlez-nous un peu de vous. Qu’est-ce qui vous a poussé vers le notariat?

Mon trajet vers le notariat s’est un peu fait par chance. Je n’ai pas décidé de devenir notaire en allant faire mon droit : je désirais devenir avocate.

À l’Université de Montréal, j’ai fait mon bac en entier avant de participer à la course aux stages en troisièmes années. J’ai ensuite obtenu un stage chez BCF, en 2008, pour devenir avocate. C’est au cours de mon premier été comme stagiaire que j’ai rencontré l’équipe de notaires du cabinet. J’ai eu un coup de foudre professionnel pour l’équipe et les membres de l’équipe, notamment Julie Loranger.

J’ai alors fait la demande pour annuler mon inscription aux cours du Barreau pour faire mon inscription au diplôme d’études notariales. Ils ont accepté que je fasse le saut, tant à l’Université de Montréal que chez BCF. C’est la première fois qu’il prend un stagiaire en notariat.

C’est comme ça que je suis devenu notaire : c’est en rencontrant des gens, et en changeant de voie à la fin de mon parcours d’études.

Selon vous, qu’est-ce qui explique ce coup de foudre?

Je pense que c’était un mélange des personnes qui travaillent dans notre équipe. À l’époque, c’était trois autres notaires d’expérience, qui sont des sommités en droit notarial et qui ont une passion pour les dossiers complexes de nos clients. Ils m’ont vraiment partagé leur passion, leur fougue, leur intensité.

C’était aussi un mélange de dossiers extrêmement intéressants, avec un volet extrêmement personnel, qui est vraiment venu chercher ma fibre empathique. De partager des moments difficiles ou faciles ou heureux dans la vie de nos clients, c’est vraiment ça qui m’a attiré.

La complexité des dossiers, la beauté des clients et de leur famille, puis les gens de notre équipe, en résumé.

Vous êtes maintenant notaire chez BCF depuis 13 ans, et associée depuis janvier 2020. Que faites-vous concrètement, à titre de notaire, au sein du cabinet?

Ça dépend du cabinet. Dans notre cas, nous sommes six notaires dans l’équipe de protection du patrimoine.

L’équipe de protection du patrimoine a été créée, à l’époque, pour desservir les besoins complexes et personnels de nos clients d’affaires. C’était des clients actuels dans l’équipe corporative ou fiscale, qui avaient des besoins personnels comme leur testament, leur mandat d’inaptitude, leur contrat de mariage ou encore leur fiducie.

Le but de notre équipe et le why, c’est d’accompagner nos clients, chez BCF, déjà, ou d’attirer des clients avec des besoins complexes, et d’arrimer nos documents avec ceux qui existent déjà. S’il y a, par exemple, une fiducie qui existe déjà, je vais la regarder et m’assurer que le testament à du sens. S’il y a une convention d’actionnaires, je vais m'assurer d’arrimer ça et de parler avec ses conseillers de notre équipe corporative pour m’assurer qu’il n’y ait pas de catastrophes qui surviennent au décès.

C’est un peu ça qu'on fait : l’accompagnement continu de nos clients de leur vivant, et parfois à la suite de leur décès.

Poursuivez-vous un objectif particulier pour la prochaine année, notamment pour le droit notarial chez BCF?

Le Bureau a vécu, dans les dix dernières années, une très grande croissance. Nous avons des clients très intéressants, des familles qui ont des besoins croissants et des besoins de plus en plus complexes.

Mon rôle, comme une partie de la relève de l’équipe de notariat, c’est d’assurer la relève auprès de ses clients et de leur famille. Il s’agit de faire le lien avec nos clients et leurs enfants pour s’occuper de la pérennité de notre relation avec eux.

Moi-même, sur le plan personnel, j’aimerais continuer de bâtir la relève en ayant moi-même des jeunes (NDLR : notaires au cabinet). Je veux continuer de former les jeunes, continuer de donner des conférences et des formations.

C’est de continuer, en résumé, sur la belle lancée, celle qui caractérise le bureau depuis plusieurs années.

Vous parlez de croissance, d’une belle lancée… je crois comprendre que de plus en plus de notaires choisissent de pratiquer en cabinet. D’après vous, qu’est-ce qui peut expliquer ça?

Je crois que les notaires, traditionnellement, exerçaient beaucoup en solo avant de se spécialiser dans certains domaines très spécifiques, comme l’immobilier et le droit de la personne en général.

L’attrait de travailler dans un bureau d’avocats, ou dans une équipe multidisciplinaire, c’est d’avoir accès rapidement à toutes sortes de personnes, dont des fiscalistes, des spécialistes en droit corporatif, des spécialistes en litige, etc. Cela permet d’avoir leurs feelings quand un dossier vire partiellement au vinaigre.

C’est vraiment l’accès, et la possibilité d’offrir aux clients ce portefeuille d’options. Je n’utilise pas toujours les clés de mon portefeuille, mais, parfois, elles sont très utiles. Il y a donc l’aspect multidisciplinaire, qui est très, très simple et qui améliore notre service.

Enfin, c’est aussi la beauté d’avoir une équipe de RH, une équipe administrative, des personnes en charge de la facturation, l’équipe de technos… Bref, des équipes qui assurent le roulement du bureau plutôt qu’un notaire qui exerce en solo et qui doit tout prendre en charge.

Le côté agréable, c’est vraiment d’avoir une équipe en arrière de nous, une équipe qui travaille avec nous, en plus des contacts à l’international par la force du réseau.

En terminant, où vous voyez-vous dans cinq ans?

Dans cinq ans, j’aimerais que BCF soit la référence en matière de planification personnelle et en matière de liquidation de successions.

J’aimerais aussi que nous ayons une belle relève — que j’ai déjà, avec de jeunes notaires —, mais aussi de continuer à avoir de belles acquisitions à ce niveau-là, en plus de tisser des liens avec notre équipe de fiscalité. Notre objectif est vraiment d’assurer la pérennité avec nos clients, et de continuer à leur offrir des solutions permanentes pour leurs besoins personnels.