Chris Oglethorpe et Richard McConnell. Photos : LinkedIn et site web de Gowling WLG
Chris Oglethorpe et Richard McConnell. Photos : LinkedIn et site web de Gowling WLG
Les avocats et le personnel administratif de Gowling WLG au Royaume-Uni pourront travailler à long terme depuis chez eux, jusqu’à la moitié de leur temps de travail.

Le cabinet international met également à l’essai des projets pilotes en matière de travail flexible, dans le cadre de son programme Agile+.

Cet été, les employés britanniques de Gowling WLG pourront tester des formules de décalage de leurs heures de début et de fin de journée. Ils pourront aussi comprimer leurs semaines de travail. Plus tard dans l’année, d’autres modalités de travail flexible seront testées

Engagé dans les modèles de travail hybrides avant la pandémie, Gowling WLG a mené des sondages internes depuis un an pour savoir où et comment ses employés britanniques souhaitent travailler à l’avenir.

« Nos sondages (…) nous ont clairement indiqué que le travail à domicile présente des avantages précieux que nos collaborateurs souhaitent conserver à long terme, notamment la réduction des trajets domicile-travail, un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée et le bien-être, ainsi qu'une meilleure productivité », explique Chris Oglethorpe, directeur des ressources humaines chez Gowling WLG au Royaume-Uni, dans un communiqué de la firme.

Mais tout le travail ne se fera pas à distance. « De même, nous sommes une entreprise humaine et une grande partie de notre succès repose sur le travail d'équipe et les relations que nous construisons lorsque nous sommes ensemble au bureau. Il y a certaines choses que les réunions virtuelles ne peuvent tout simplement pas reproduire et le message retentissant de nos collaborateurs est que ce qui leur manque le plus au bureau, c'est de se connecter en personne avec leurs collègues et leurs clients », ajoute M. Oglethorpe.

Bientôt à Montréal?

Aux bureaux montréalais de Gowling WLG, aucune décision n’a été prise sur un aménagement définitif du temps de travail.

« Nous sommes en train de réfléchir à ce à quoi ressemblera notre quotidien au Canada après la pandémie, et nous ne sommes pas encore en mesure de communiquer une position ou une politique précise », nous a répondu Richard McConnell, chef des Opérations de Gowling WLG au Canada.

Mais une annonce pourrait intervenir dans les prochains mois.

« Il s’agit d’un sujet important pour nous en ce moment, et un sujet sur lequel nous communiquons avec tous les membres du cabinet. Nous prévoyons annoncer notre approche dans les mois à venir », précise Richard McConnell.