Avez-vous perdu la confiance de votre patron? Source : Shutterstock
Avez-vous perdu la confiance de votre patron? Source : Shutterstock
Il n’est jamais facile d’admettre qu’on a perdu la confiance de son patron. Le plus souvent, on tombe dans le déni.

Attorney at Work a recensé les signes qui peuvent montrer cette perte de confiance… et comment réagir dans ces différentes situations.

Vos compétences sont sous-utilisées

Votre supérieur hiérarchique vous confie des tâches subalternes, ou des missions inférieures à votre niveau de compétences.

Ne vous laissez pas enfermer dans un rôle inférieur à vos compétences. Sinon, vous entretenez vous-même cette image. Dressez un livret de vos réussites notables. Présentez à votre patron un projet nouveau, en appuyant votre proposition par le livret de vos réussites. Demandez des défis supérieurs à ce qui vous est proposé.

Le cabinet a des problèmes financiers

Quand les finances d’une entreprise sont mauvaises, les dirigeants prévoient des changements, tels que des coupures de postes ou des réorganisations. Les réunions à huis clos se multiplient. Votre poste est peut-être menacé.

Essayez de savoir comment est perçu votre département ou votre groupe de pratique. Commencez à chercher un nouvel emploi.

Vos priorités ne sont pas celles du cabinet

Un désaccord stratégique peut se finir de deux façons: un accord ou un départ. Si la communication entre votre patron et vous tend à se réduire, c’est la deuxième issue qui est la plus probable.

Maintenez le contact avec votre patron. Tenez-le au courant de vos réalisations et de vos avancées.

Vous avez fait une grosse erreur

Rater une mission ou être à l’origine du départ d’un client: ce sont autant de raisons pour qu’un cabinet se sépare de vous.

Faites en sorte que cet échec ne soit pas un lourd handicap lors de vote prochain entretien d’embauche.

On vous impose des objectifs déraisonnables

Il peut arriver qu’un supérieur hiérarchique ne mesure pas quels moyens sont nécessaires pour réaliser un objectif. Mais il arrive aussi qu’il fixe délibérément des objectifs déraisonnables pour vous pousser à l’échec… et au départ.

Tentez de comprendre les objectifs en prenant le point de vue de vote patron. Ses exigences ne sont finalement peut-être pas si irréalistes. Sinon, commencez à rechercher un nouvel emploi.

On vous confie des projets spéciaux

Si votre patron ne croit plus que vous pouvez réaliser des missions classiques, il peut vous les retirer en vous attribuant des projets spéciaux.

Si ces projets ne concernent que vous, et qu’ils n’ont rien de grandiose pour le cabinet, commencez à regarder quels cabinets embauchent…

Vos communications sont de plus en plus écrites

Les conversations informelles avec votre supérieur hiérarchique sont tout à coup remplacées par des courriels. C'est un signe clair : quand on prépare un licenciement, le département des ressources humaines réclame souvent des preuves écrites. Votre supérieur doit pouvoir prouver qu'il a respecté les règles. Il doit aussi pouvoir montrer des traces de vos erreurs.

Demandez un éclaircissement à votre patron: soit il sera transparent et vous saurez à quoi vous en tenir, soit il continuera à vous cacher la vérité. Dans tous les cas, soyez vigilant quant à ce que vous écrivez.

Vous n’êtes pas à votre place, vous dit-on

C’est une autre façon de vous dire que les gens n’aiment pas travailler avec vous. On vous dira aussi que vous n’êtes pas en adéquation avec le cabinet. Si votre patron en est arrivé à cette conclusion, votre départ est proche.

Si vous êtes en conflit avec votre supérieur hiérarchique, si vous rendez fous vos collègues, le moment est venu de changer d’employeur.

Votre personnalité pose problème

On embauche un professionnel pour sa personnalité, pas pour ses compétences. Des centaines de candidats peuvent avoir des compétences similaires, mais il n’y en aura pas deux qui auront la même personnalité.

C’est aussi une personnalité qu’on licencie, et non pas un portefeuille de compétences. E si cela arrive, c’est parce que les équipes évoluent, de même que les cabinets. Votre personnalité peut ne plus correspondre à la nouvelle ambiance de l’équipe.

Ne restez pas dans un cabinet où vous devenez malheureux. Vous y perdrez votre santé mentale, et bien plus encore. Allez chercher de nouvelles expériences: il n’est pas rare que l’herbe soit plus verte ailleurs.