Mes Maxime Nasr, Violette Leblanc et Charles M.Wright. Sources : Sites web de Belleau Lapointe et de Siskinds à London
Mes Maxime Nasr, Violette Leblanc et Charles M.Wright. Sources : Sites web de Belleau Lapointe et de Siskinds à London
La pharmaceutique Pfizer a trouvé une entente avec la représentante des membres d’une action collective, qui lui reprochait d'avoir faussement représenté les risques liés à l'utilisation du contraceptif injectable Depo-Provera. Cette entente reste encore à être approuvée par la Cour supérieure du Québec.

La représentante des membres, Noelia Brito, alléguait que Pfizer avait omis d’indiquer que les personnes qui utilisent Depo-Provera peuvent subir une baisse importante, et peut-être irréversible, de densité minérale osseuse pouvant conduire à l'ostéopénie ou à l’ostéoporose.

Me Maxime Nasr et Me Violette Leblanc, avocats au cabinet montréalais Belleau Lapointe, et Me Charles M.Wright, avocat chez Siskinds à London, représentent les membres du groupe dans le cadre de cette entente de règlement.

Me Paul Prosterman et Me Randy Sutton, de Norton Rose Fulbright, représentent Pfizer.

Mes Paul Prosterman et Randy Sutton. Source : LinkedIn et archives
Mes Paul Prosterman et Randy Sutton. Source : LinkedIn et archives
L’entente proposée s'applique à toute personne domiciliée au Canada qui prétend subir ou avoir subi une perte de densité minérale osseuse en raison de l'utilisation de Depo-Provera avant le 31 mai 2010.

L’entente prévoit que Pfizer verse un montant de 1,9 million de dollars aux membres du groupe. Ceux-ci recevront des indemnités pour l'ostéopénie, l'ostéoporose et les fractures de fragilité subies. La pharmaceutique devrait aussi payer 262 500 $ aux assureurs de soins de santé provinciaux.

Cette entente ne constitue pas un aveu de responsabilité de la part de Pfizer. Le tribunal n'a pas conclu à la responsabilité de la pharmaceutique.

Les membres du groupe peuvent consulter l’entente sur un site dédié.
https://www.depoprovera.ca