Depuis 21 ans qu’elle exerce en droit de la famille, Sylvie Schirm a vu défiler des centaines de témoins. Elle sait maintenant tirer d’eux le meilleur parti.

Droit-Inc : Avez-vous déjà eu des craintes quant à l’attitude d’un de vos témoins ?

Oh oui et même au-delà ! Il m’est arrivé de régler des dossiers car je savais que mes clients n’étaient pas capables de témoigner adéquatement et de se défendre efficacement. Encore aujourd’hui, c’est la partie de la procédure qui m’inquiète le plus.

Vous organisez des conférences sur le sujet. Alors, quels sont les secrets pour rendre un client efficace comme témoin ?

Déjà, il faut leur apprendre à reconnaître la personnalité des gens, à partir de 5-6 profils types. On ne change pas les gens, mais on travaille différemment en fonction de leur profil. Préparer un témoin, c’est un jeu d’équilibre. Alors, je donne des trucs pour réussir la partie. C’est un partage d’expérience qui me semble important, car rien n’est écrit ni enseigné à la fac sur cette question essentielle.

Pouvez-vous illustrer par un exemple les profils que vous évoquez ?

C’est simple, imaginez qu’un artiste aura tendance à être moins ordonné qu’un ingénieur. Le premier, il faudra l’aider à paraître plus rigoureux. Le second au contraire, il faudra arriver à le rendre plus humain.

Et vous, quel est votre profil ?

Ouh … comme beaucoup un mélange de plusieurs. Mais, je dois admettre que je suis une « control freak » encore plus qu’un ingénieur. D’ailleurs, il n’y a pas pire témoin que les avocats car ils veulent tout maîtriser!


À votre tour, faites-nous partager vos expériences heureuses (ou moins) avec des témoins, dans l’espace dédié aux commentaires.

Pour en savoir plus

La prochaine conférence co-animée par Sylvie Schirm et Marie Christine Kirouack aura lieu le 2 novembre à Québec.