Pour certains, c’est comme un deuxième temps des fêtes, qui va néanmoins être stoppé net par la réalité des examens intra et des lectures accumulées.

S’amuser, travailler ou anticiper

A cela deux stratégies : soit on profite de ces nouvelles réjouissances et on se croise les doigts pour les examens, soit c’est le moment de débuter les bonnes résolutions et de travailler minutieusement.

Il y a peut-être une troisième voie, celle de l’anticipation. Et, c’est celle que j’ai choisie.

Comme tout bon étudiant studieux et rempli de bonnes intentions, j’ai pris soin d’aller chercher mes polycopiés de cours bien à l’avance, pour être fin prêt à travailler, sans toutefois négliger le long processus des retrouvailles. Je recommande la stratégie (à confirmer lors des résultats !!).

En cours avec des médecins

Maintenant, je vais vous parler des cours que j’ai retenus.

Sherbrooke a cela de particulier, qu’en troisième année, on nous permet de choisir nos cours.

C’est à la session d’automne que j’avais fait mes choix. A vrai dire, je m’étais laissé inspirer par les titres de ces cours sans trop en consulter le synopsis. J’aime bien le droit médical, alors j’avais opté pour : « droit, éthique et médecine moderne », et « droit professionnel du secteur de la santé ».

Une fois assis dans ma classe de cours, je réalise bien vite que ces deux cours étaient des cours de maîtrise offerts aux étudiants du bac et par voie de conséquence, je m’aperçois que je ne connais personne, mais surtout que les autres étudiants sont déjà intégrés au milieu professionnel : ils sont médecins, représentant pharmaceutique, technicien en cardiologie et infirmière, en quête d’une formation complémentaire en droit.

J’aime partager une expérience de cours avec eux. Cela me force à m’intéresser à un milieu professionnel autre que le mien. Et, je crois que c’est cela qui compte quand on devient avocat : il faut s’intéresser à la profession de son client. C’est l’intuition que j’ai eu en commençant ces cours. Comment serais-je un bon avocat en droit médical, si je ne connais pas leur profession en profondeur?

Honnêtement, c’est un peu par chance que j’ai pris ces deux cours pour la présente session. Tant mieux, mais cela me donne envie d’en demander plus. Je crois qu’on gagne à côtoyer, déjà, dans le cadre de nos études des étudiants d’autres spécialités et des professionnels. C’est ce qui contribuera à faire de nous de meilleurs juristes…



La bio d’Olivier Grégoire

Olivier Grégoire est étudiant en troisième année de droit à l’Université de Sherbrooke. Olivier, c’est l’ennemi du tiède, le jeune homme ne s’accomplit que dans la passion et se donne pleinement dans tout ce qu’il entreprend. En droit ou ailleurs.
A la fac, ses matières fétiches sont le droit médical et la propriété intellectuelle.
A coté, il est à ses heures rédacteur en chef du journal l’Obiter, guitariste amateur et participe à de nombreux concours comme la coupe BCF ou le « Show de la fac » (qui fera très probablement l’objet d’une chronique). C’est en agrémentant ainsi ses études par des activités distrayantes et uniques qu’Olivier a trouvé son équilibre. Il veut aujourd’hui raconter avec autant de passion et beaucoup d’humour quelques unes de ses histoires aux lecteurs de droit-inc.com.


Image