Fin 2010, on apprenait que des rénovations majeures avaient été effectuées à la résidence du maire Marc Gascon par la firme L'Archevêque et Rivest, une entreprise qui avait obtenu d'importants contrats de la Ville.

Marc Gascon aurait mandaté le cabinet-boutique Woods pour assurer sa défense mais aurait utilisé des fonds publics pour payer la facture
Marc Gascon aurait mandaté le cabinet-boutique Woods pour assurer sa défense mais aurait utilisé des fonds publics pour payer la facture
Le service des communications de la Ville avait alors affirmé que tout ce qui concernait la maison du maire ne relevait pas de l'administration municipale.

Pour mettre fin à la controverse, M. Gascon avait décidé de présenter ses factures aux médias, et il avait eu recours pour l’aider à préparer son dossier aux services de la firme d'avocats Woods.

La Ville de Saint-Jérôme avait de son côté demandé un avis juridique au même cabinet d'avocats en lien avec cette affaire.

Le maire de Saint-Jérôme avait affirmé qu'il allait payer de sa poche les frais découlant de la présentation aux médias des factures de rénovation de son domicile.

Mais une demande d'accès à l'information adressée à la Ville par un citoyen, nous apprend que la Ville de Saint-Jérôme a payé 15 434,02 $ au cabinet Woods.

Sur la foi des déclarations de Marc Gascon dans les journaux, il y a près de deux ans, le chef du parti d'opposition à Saint-Jérôme, Andrew Hattem, s’attendait à ce que le maire assume la totalité des frais engagés auprès du cabinet Woods, y compris la facture correspondant à une demande d’avis juridique en lien avec toute cette affaire, et il s’est dit, mardi, en colère.

C'est le cabinet Woods, ici son associé principal James A. Woods, qui a assuré la représentation du maire Gascon
C'est le cabinet Woods, ici son associé principal James A. Woods, qui a assuré la représentation du maire Gascon
M. Hattem estime en effet que les contribuables n'ont pas à payer, compte tenu du caractère personnel de ce dossier. « C'est une résidence personnelle, à lui et à son épouse, a rappelé le chef de Vision Saint-Jérôme. À l'époque, on avait été très clairs que ce n'était pas aux contribuables de payer pour ces factures là. 15 000 $ pour montrer des factures à des journalistes, je trouve ça exagéré » a-t-il déclaré en entrevue à TVA Nouvelles.

Le parti d'opposition exige maintenant la démission de Marc Gascon.
« S'il s'avère véridique que le maire a utilisé des fonds publics pour payer des frais d'avocats pour le représenter dans le dossier de sa maison, il devrait rembourser immédiatement les contribuables et je crois que c'est le temps qu'il démissionne, car il va avoir perdu la confiance totale des citoyens de Saint-Jérôme », a déclaré Andrew Hattem.

Marc Gascon n'avait pas retourné les appels mardi soir. À son cabinet, on nous dit qu'il a assumé une partie des frais d'avocats, mais on refuse d’en dévoiler le montant.