Covid-19

COVID-19: une mère peut continuer à voir ses enfants, malgré les craintes de son ex

Main image

Radio -canada

2020-04-01 11:15:00

Un père de Québec a tenté en vain de faire modifier les droits d'accès de son ex-conjointe à leurs trois enfants, dans le contexte de la COVID-19...

La juge Johanne April
La juge Johanne April
Le père espérait que les rencontres physiques avec les enfants soient remplacées par des contacts virtuels, via des moyens technologiques, comme Skype ou Facetime.

La juge Johanne April de la Cour supérieure a entendu la requête d'urgence, la semaine dernière, avant de trancher.

La mère peut continuer de voir ses enfants, en chair et en os, deux fins de semaine sur trois comme le permettait un jugement rendu avant la crise sanitaire.

Situations particulières

Ce sont des situations qui sont particulières, exprime l'avocat de la mère, Me Louis-Philippe Pelletier-Langevin.

Il a participé à l'audience par téléphone, une mesure mise en place par la Cour supérieure pour entendre les causes d'urgence.

Lors de l'audition, l'avocate du père a notamment fait valoir que l'un des enfants éprouve des problèmes respiratoires pour demander la suspension des rencontres physiques avec la mère.

Aucun symptôme

Me Pelletier-Langevin
Me Pelletier-Langevin
Me Pelletier-Langevin a répliqué que sa cliente ne représentait pas un risque pour ses enfants, puisqu'elle n'éprouvait aucun symptôme de la COVID-19.

Les parents n'ont pas eu à témoigner, leurs avocats ont déposé des déclarations assermentées pour faire valoir leur point de vue à la juge.

Je ne souhaite pas mettre en danger la santé de mes enfants (...) je demande simplement que les accès ordonnés soient respectés et je suis disposée à mettre en place les mesures sanitaires appropriées, évoque la mère dans sa déclaration.

Après avoir évalué les risques, la juge April a statué que la femme ne représentait pas un risque pour la santé de ses trois enfants, et de son ex-conjoint.

La présence de la COVID-19 considérée comme une urgence sanitaire n’est pas en soi, en absence de symptômes pour les individus concernés, un motif suffisant nécessitant une modification du statu quo, de la garde et des accès pour les enfants, a souligné la juge Johanne April.

L'avocat de la mère croit que cette position de la juge April risque d'être reprise dans d'autres procédures de garde d'enfants, tout en rappelant que chaque juge bénéficie de son indépendance.

Ça reste du cas par cas, estime Me Pelletier-Langevin, mais il rappelle que l'intérêt supérieur des enfants prévaut dans tous les dossiers.

Audience en temps de crise

L'audition de cette requête a permis de mettre à l'épreuve le système mis en place par la Cour supérieure pour traiter les causes jugées urgentes.

La juge April a entendu la demande de chez elle, par conférence téléphonique.

L'avocat de la mère s'est dit satisfait de la manière dont s'est déroulée l'audience.

Tout le monde rame dans le même sens, pour que ça se passe bien, constate Me Pelletier-Langevin.

L'avocate du père a préféré ne pas répondre à nos questions.
7459

1 commentaire

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 4 ans
    Le meileur intérêt des enfants?
    En lisant le jugement hier, j'ai noté qu'en nulle part la juge ne revient sur le facteur primordial en pareil situation, soit le meilleur intérêt de l'enfant... Même si les deux parties habitent dans la même ville; on vient de multiplier par deux le risque d'attraper la Covid... Face à une situation de santé publique vraiment extraordinaire, les tribunaux ont entendu la cause au TÉLÉPHONE!!! Pourquoi ne pas passer au mode de téléconférence, quitte à le faire à tous les jours, pour permettre à la mère de voir ses enfants. Ce qui est bon pour pitou est bon pour minou...

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires