Nouvelles

Décès d’un ancien juge en chef de la Cour supérieure

Main image

Didier Bert

2022-04-14 14:15:00

Ce juge avait présidé une commission d’enquête sur la Sûreté du Québec. Il s’est éteint.

Lawrence Poitras n’est plus... Source: Shutterstock
Lawrence Poitras n’est plus... Source: Shutterstock
Lawrence Poitras, ancien juge en chef de la Cour supérieure, est décédé à l’âge de 91 ans.

Lawrence Poitras débute sa carrière professionnelle comme journaliste au Montreal Star, là même où son père avait été chroniqueur judiciaire.

Parallèlement, il poursuit ses études de droit. Il détenait un baccalauréat ès arts de l’Université McGill et un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal.

En 1957, il commence à exercer comme avocat civiliste en pratique privée. Il est nommé conseil de la Reine en 1973.

Nommé juge de la Cour supérieure en 1975, Lawrence Poitras devient juge en chef adjoint en 1983, puis juge en chef de 1992 en 1996. Sous son action, les délais de jugement ont fortement diminué au cours des années 1980.

Le juge en chef avait fait part publiquement à la télévision de son souhait de voir le juge Jean Bienvenue quitter la magistrature. Le juge Bienvenue avait commenté la condamnation à l’emprisonnement à perpétuité d’une femme reconnue de meurtre, en affirmant que la femme a une capacité de s'élever dans la vertu et de sombrer dans le mal plus qu'aucun homme, et que les Juifs n'ont pas souffert quand ils sont morts dans les chambres à gaz.

En 1986, Lawrence Poitras siège à une commission d’enquête pour examiner la condamnation injustifiée de Donald Marshall, un membre de la communauté micmac de la Nouvelle-Écosse. L’homme avait été condamné à onze années de prison pour un meurtre pour lequel il avait ensuite été trouvé innocent. Le rapport de la commission d’enquête dépeint le racisme et l’injustice du système judiciaire de la Nouvelle-Écosse. Il conclut que Donald Marshall avait été condamné notamment parce qu’il était un autochtone. Le rapport appelle à nommer davantage de membres de minorités visibles à la magistrature.

Lawrence Poitras a été le président de la Conférence canadienne des juges des cours supérieures.

En 1996, le gouvernement de Lucien Bouchard nomme le juge comme président d’une commission d’enquête sur la Sûreté du Québec (SQ). Le corps policier faisait l’objet d’accusations de corruption et de falsification de preuves. Trois ans plus tard, le rapport de Lawrence Poitras accuse la SQ d’abuser de ses pouvoirs d’arrestation, de chercher à défendre son image plus que d’enquêter sur les mauvaises conduites de ses éléments, ainsi que d’entretenir une solidarité malsaine parmi ses membres. La publication du rapport avait été suivie de réformes de la SQ.

À sa retraite de juge, Lawrence Poitras rejoint le groupe litiges du cabinet Borden Ladner Gervais jusqu’à sa retraite en 2007. Avec d’autres associés du cabinet, Me Danielle Ferron et Me Mathieu Piché-Messier, il avait publié l’ouvrage « L’injonction et les ordonnances Anton Piller, Mareva et Norwich », un guide pratique qui s’adresse aux avocats pratiquant dans tous les domaines du litige.

Cet ouvrage constitue une contribution significative à la communauté juridique québécoise, puisqu’il facilite le recours aux ordonnances d’injonction de types Anton Piller, Mareva et Norwich, lesquelles, provenant du Common Law, sont encore mal connues au Québec et ne sont donc pas utilisées à leur plein potentiel. Cette publication facilite le recours aux ordonnances d’injonction de types Anton Piller, Mareva et Norwich, provenant du Common Law.
4809

1 commentaire

  1. France Charbonneau
    France Charbonneau
    il y a 2 ans
    Avocat à la retraitem
    Mes sympathies à sa famille

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires