Nouvelles

La SPCA se tourne vers la Cour d’appel pour protéger les cerfs de Longueuil

Main image

Radio -canada

2022-10-06 13:30:00

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal conteste l’abattage des cerfs du parc Michel-Chartrand…

Me Sophie Gaillard et le juge Andres C. Garin. Source: Le site web de la SPCA et archives
Me Sophie Gaillard et le juge Andres C. Garin. Source: Le site web de la SPCA et archives
Mécontente de la décision de la Cour supérieure qui a refusé, mardi, d'accorder une ordonnance de sauvetage pour protéger les cerfs de Virginie du parc Michel-Chartrand, à Longueuil, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal se tourne maintenant vers la Cour d’appel.

La Ville de Longueuil a le projet d'abattre des cerfs dans le cadre d'une chasse à l'arbalète, cet automne, afin de réduire le cheptel présent dans son parc. La municipalité affirme avoir établi un « Plan d'intervention complet » qui doit être communiqué prochainement à la population et qui doit être déployé à temps pour les périodes de chasse.

En réaction, mercredi, la SPCA de Montréal a annoncé par communiqué son intention de contester cette décision en Cour d'appel. L'organisme se dit « d'avis que la Cour supérieure a commis plusieurs erreurs dans son analyse ».

La directrice générale par intérim de l'organisme, Me Sophie Gaillard, mentionne qu'il n'est pas question de baisser les bras dans cette affaire.

« Le cas des cerfs du parc Michel-Chartrand étant emblématique d'un enjeu qui prend de plus en plus d'ampleur au Québec, notre intervention vise à élargir le débat et déclencher une vraie réflexion au sujet de la gestion responsable et éthique des animaux de la faune dans nos communautés », a-t-elle plaidé par voie de communiqué.

Le juge Andres C. Garin de la Cour supérieure a conclu que les inconvénients que subirait Longueuil en cas de suspension de son opération d'abattage sont plus grands que ceux que subiraient les opposants si le projet va de l'avant.
1972

1 commentaire

  1. DSG
    I'm confused
    That heartless judge talks about inconveniences of those for and those against whereas I thought that animals are now considered as sentient beings under Quebec law. What about the best interests of the animals? As Gandhi once said: "The greatness of a nation and its moral progress can be judged by the way its animals are treated."

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires