Nouvelles

Des juristes se questionnent

Main image

Stéphane Tremblay

2023-05-01 11:15:00

Des juristes se penchent sur la pratique du droit en temps de chaos, à savoir quel est leur rôle et quelles sont leurs obligations dans le maintien de la primauté du droit…

Mes Emilie Taman et Marcus McCann. Sources: Champ et Associates et Millard et Company
Mes Emilie Taman et Marcus McCann. Sources: Champ et Associates et Millard et Company
C’est l’Association du Barreau canadien et la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada qui ont abordé cette question lors d’un récent forum déontologique.

Le président du Tribunal du Barreau mentionne que les juristes peuvent parfois se retrouver dans un dilemme à savoir qu’ils peuvent se retrouver dans des situations où ils doivent choisir les causes pour lesquelles ils sont prêts à s’engager et celles pour lesquelles ils ne le sont pas.

Il ajoute qu’ils peuvent également se demander s’ils sont tenus de faire autre chose que ce qui est lié aux intérêts de leurs clients.

« En tant que défenseurs de la primauté du droit, les juristes sont confrontés à des défis uniques qui peuvent mettre à l’épreuve leurs obligations éthiques, encore plus lors de périodes de bouleversements marqués par la polarisation politique, la dégradation de l’environnement et les mouvements anti-sciences ».

Une ancienne procureure fédérale, Me Emilie Taman, avocate chez Champ et Associates, croit qu’il serait plus sage de ne pas associer les valeurs personnelles d’un juriste à celles de son client.

Elle exprime également son inquiétude face à une pratique de plus en plus répandue sur le Web, celle de discréditer les juristes qui défendent des causes impopulaires. « Nous avons tous nos propres limites, mais cela ne veut pas dire que les gens qui représentent l’autre camp sont des personnes mauvaises ou immorales ».
Les juristes disent souvent que leurs obligations éthiques ultimes sont envers leur client et leur intérêt. « Toutefois, juridiquement, c’est faux », dit Me Steven Vaughan, ancien juriste en droit de l’environnement qui enseigne maintenant la déontologie.

Pour sa part, Me Marcus McCann, avocat chez Millard et Company, souligne que les juristes peuvent être « rouillés » après trois ans de pandémie. « Il vaut la peine d’envisager la possibilité que les juristes et les plaideurs auxquels ils sont opposés ne soient peut-être pas nécessairement à leur meilleur ».

D’autres principes juridiques, comme l’intégrité, l’honnêteté et l’indépendance, viennent s’ajouter aux raisons de pourquoi défendre ou non.
1544

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires