Nominations

Une avocate en protection de la jeunesse rejoint...

Main image

Camille Dufétel

2023-05-04 08:30:00

Une nouvelle avocate vient de rejoindre un CISSS et se spécialise en droit de la jeunesse. Où ça ?

Me Marianne Carrier
Me Marianne Carrier
Me Marianne Carrier a rejoint le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière, à Joliette, dans une équipe d’une vingtaine d’avocats. Elle y est avocate de la DPJ.

Elle travaille ainsi sur tous les dossiers dans lesquels la DPJ est impliquée, dès que ceux-ci doivent être judiciarisés.

« Dès qu’on doit amener un dossier devant le tribunal, on reçoit un mandat des intervenants de la DPJ, on rédige la procédure, on fait des représentations devant le tribunal, détaille-t-elle. On fait du droit social et c’est ce que j’aime essentiellement. »

Elle y décrit beaucoup de travail en collaboration. « On travaille pas mal sur tous les dossiers, en étant assistés par des adjoints, des secrétaires, des collègues, relève-t-elle, même si certains dossiers sont auto-assignés. Je ne fais plus tout nécessairement de A à Z. »

Droit criminel

L’avocate avait effectué un stage dès août 2017 à Montréal auprès de Me Audrey Amzallag, fondatrice d’Amazallag Services Légaux, auprès de laquelle elle a amorcé sa carrière comme avocate, ayant été assermentée le 14 février 2018.

Le tout en développant une pratique à son compte. Elle pratiquait alors essentiellement en droit criminel et pénal et avait aussi fait un peu de droit de la jeunesse. L’avocate travaillait également sur des dossiers de jeunes contrevenants.

Elle a par la suite poursuivi cette pratique à Laval auprès de Me Joannie Meloche, avec d’autres criminalistes à ses côtés. C’est un ancien collègue qui lui a parlé du poste proposé au CISSS de Lanaudière.

« Ayant toujours aimé le droit de la jeunesse, j’ai réfléchi à cette opportunité et j’ai décidé de quitter la pratique privée », explique-t-elle.

Ce qui la dérangeait dans la pratique privée est la partie gestion. « J’aime le fait de ne plus avoir cette partie-là à faire, et de me concentrer sur le droit », affirme l’avocate.

Cette diplômée de l’UQÀM, qui a fait beaucoup de théâtre, indique que son arrière-grand-père était gardien de prison, et son grand-père et son oncle, policiers. C’est ce qui selon elle lui a donné le goût du droit criminel et social.

« La partie ‘aide’, c’est important pour moi et j’ai l’impression que c’est ce que je fais dans mon quotidien, souligne-t-elle. Je fais quelque chose de concret, qui a des conséquences chez les autres. J’ai toujours su que j’irais vers cela. »
4886

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires