Nouvelles

Michelle O’Bonsawin, une « fière Abénakise » à la Cour suprême du Canada

Main image

Radio -canada

2022-11-29 12:00:00

Michelle O’Bonsawin est la première juge autochtone à être nommée à la Cour suprême du Canada.

Michelle O’Bonsawin. Source: Radio-Canada / La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
Michelle O’Bonsawin. Source: Radio-Canada / La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
C’est hier à Ottawa qu’a eu lieu la cérémonie d’accueil de la nouvelle juge à la Cour suprême du Canada, Michelle O’Bonsawin. La première juge autochtone à siéger au plus haut tribunal du pays s’est dite « honorée » par la fonction tout en rappelant son parcours difficile pour y arriver.

« J’ai osé rêver en grand et grâce à la détermination et l’appui d’un groupe dynamique, j’ai atteint mon objectif d’être juge de la Cour suprême du Canada », a lancé Michelle O’Bonsawin en début de discours.

La nouvelle juge, qui occupe, depuis le 1er septembre dernier, le siège laissé vacant par le départ à la retraite du juge Michael Moldaver, a indiqué que son arrivée dans l’enceinte n’a pas été un cheminement facile.

« Mais il a été significatif », a-t-elle précisé. « Je rejoins de grands juristes qui m’ont précédée, comme la juge Bertha Wilson, Claire L'Heureux-Dubé ou Rosalie Silberman Abella. Elles m’ont toutes inspirées à vouloir siéger à la plus grande cour du Canada. »

Ne pas abandonner ses objectifs

Elle a à son tour appelé les jeunes femmes à « suivre leurs rêves » sans jamais abandonner. « Je crois fermement que si l'on a un objectif et qu’on travaille d’arrache-pied, on peut réaliser ses rêves. J’ai commis des erreurs. J’ai appris énormément de mes erreurs et je me suis toujours relevée pour continuer d’avancer. »

Native de Hanmer, en Ontario, proche de Sudbury, Michelle O’Bonsawin est une Franco-Ontarienne membre abénakise de la communauté autochtone d’Odanak au Québec, d’où est originaire sa famille. Elle appartient au clan de la Tortue. « Je veux remercier ma Première Nation d’Odanak et le chef régional Ghislain Picard de leurs appuis », a-t-elle souligné.

Mme O’Bonsawin détient un baccalauréat de l’Université Laurentienne, un baccalauréat en droit de l’Université d’Ottawa, une maîtrise en droit de l'Osgoode Hall Law School et un doctorat en droit de l’Université d’Ottawa.

« Je suis fière d’être une Abénakise d’Odanak, votre support a été primordial à mon succès et à mon identité. »

Le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé en août dernier la nomination de Michelle O’Bonsawin à la Cour suprême du Canada, créant ainsi un précédent historique. L’avocate devenait la première voix autochtone à la Cour suprême, ce que n’a pas manqué de rappeler le juge en chef, Richard Wagner, durant la cérémonie.

Mme O’Bonsawin, qui siégeait à la Cour supérieure de justice de l’Ontario depuis 2017, a également tenu à exprimer sa gratitude à ses anciens collègues à la magistrature, amis et proches, notamment sa grand-mère, Jacqueline, qui a eu une « immense influence » dans son existence.

« Elle était une femme très moderne et m’a montré comment être une femme confiante et indépendante sans compromettre mes valeurs », a-t-elle raconté.

En remerciant ses deux enfants et son mari Pierre, la juge n’a pas pu cacher son émotion. Les larmes aux yeux, elle a remercié celui qui partage sa vie depuis 25 ans.

« Il a toujours été mon plus grand admirateur et ma plus grande force. Il m’a donné les meilleurs conseils tout au long de ma carrière. Quand j’étais découragée, Pierre m’a toujours dit que j’étais capable. »
2869

9 commentaires

  1. DSG
    Not impressed
    She only got that nomination because she's native. And it's not me saying it. The Liberals were very open about. It's called pandering.

    • A
      A
      Côté set the bar pretty low.
      After her, anyone is fit.
      Très colossal.

    • Being woke in 2022
      Being woke in 2022
      il y a un an
      Here is the new world
      In 2022, it's not winner if you are male, White and not LGBT +++

      You can use translate . . .

      https://www.journaldequebec.com/2022/11/29/appel-de-candidatures-controverse-un-professeur-porte-plainte-contre-luniversite-laval-1

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a un an
      Je suis d'accord
      Ce wokeism est aussi dangereux que le racisme qui le précédait. On dilue la qualité pour avoir les bonnes origines ethniques du moment. On ne peut même pas critiquer de telles nominations sans être taxé être raciste. C'est ça la liberté au Canada en 2022

    • DSG
      You are correct
      So true. She displayed a complete lack of morality by representing tobacco companies and expensing her designer clothing on her tax returns, then she renders a judgement repealing life sentences on account of it being "immoral". If these judges are to set moral standards, as a society we're in big trouble.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a un an
      And...
      Les juges Côté, Wagner et Kasirer ont été nommés parce qu'ils sont québécois. C'est ça l'idée. Avoir une Cour qui est représentative.

    • DSG
      Pas vrai
      Ce n'est pas parce qu'ils sont québecois. C'est parce qu'ils sont formés en droit civil.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a un an
      Non
      C'est parce qu'ils viennent du Québec. La Loi prévoit qu'au moins trois des juges sont choisis parmi les juges de la Cour d’appel ou de la Cour supérieure de la province de Québec ou parmi les avocats de celle-ci. Un juge ou un avocat de l'Alberta ne peut être nommé parmi ces trois juges même s'il a été formé en droit civil et qu'il a pratiqué en droit civil.

  2. A
    A
    La ministre de la justice était aussi autochtone. Malheureusement on lui a montré la porte parce que la Justice s'arrête là où le copinage libéral doit prendre sa place.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires