Nouvelles

La Ville de Montréal retire tous les mandats à Jacques Audette

Main image

Rene Lewandowski

2012-04-18 18:07:00

Au lendemain de la frappe de l'UPAC, la Ville de Montréal a senti le besoin de réagir en affirmant qu'elle collabore avec les autorités concernant certaines enquêtes. Elle a aussi décidé de retirer tous les mandats à l'avocat Jacques Audette...

C'est ce qu'a annoncé cet après-midi en conférence de presse le vice-président du comité exécutif, Richard Deschamps.

Le vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Richard Deschamps, a indiqué lors d'un point de presse que la Ville rapatriera tous les mandats confiés à Me Jacques Audette
Le vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Richard Deschamps, a indiqué lors d'un point de presse que la Ville rapatriera tous les mandats confiés à Me Jacques Audette
« M. Audette n'a plus de mandat auprès du Service du capital humain depuis quelques mois ou un an, a déclaré M. Deschamps. Nous allons continuer à faire des vérifications pour savoir s'il en a encore, ou pas. Nos services juridiques ont recommandé, et nous comptons suivre cette recommandation, de rapatrier tous les mandats qui lui auraient été confiés.»

M. Deschamps a de plus mentionné que les mandats confiés au cabinet d’avocat Fasken Martineau seront également épluchés.

Rappelons-le, Jacques Audette, 59 ans, associé chez Fasken Martineau, a été arrêté hier en compagnie de 13 personnes lors de l'Opération Gravier. Il est inculpé pour fraude et abus de confiance.

M. Audette a été embauché par Montréal depuis 2008 pour les négociations avec les policiers et les pompiers. Il n'est pas clair si l'avocat travaille toujours sur des mandats confiés par la Ville, rapporte Cyberpresse.

À la Fraternité des policiers de Montréal, où on l'a côtoyé lors des dernières négociations, le porte-parole Martin Desrochers a été laconique avec le journaliste de Cyberpresse: «On est surpris».

La Ville collabore

Par ailleurs, La Ville collabore avec l'UPAC.

«Leurs enquêteurs ont eu accès aux informations qui les intéressaient et ont pu rencontrer toutes les personnes au sein de la ville qu'ils souhaitaient rencontrer », a déclaré Richard Deschamps, en expliquant que la collaboration se faisait par le service du contrôleur général.

M. Deschamps a aussi énuméré les mesures mises en place par l'administration Tremblay au cours des dernières années, dont la création d'un comité de vérification, du service du contrôleur général et le resserrement des règles d'octroi de contrats, pour tenter de combattre la collusion et la corruption.

Contrats à Accurso

Questionné par le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, sur le fait que la Ville continue d'octroyer des contrats à des compagnies détenues par l'homme d'affaires Tony Accurso, arrêté lors de la frappe de l'UPAC, Richard Deschamps est resté prudent, affirmant que la Ville allait suivre le dossier et réagir en conséquence.

« Nous allons appliquer les lois, mais on ne peut pas se substituer à la justice, a-t-il répondu. Ce n'est pas par rapport à l'individu... Dans la loi 35, la restriction est par rapport au numéro de licence. (...) Si on en vient là (à une condamnation), on verra quels sont les gestes qui seront à poser pour protéger l'intérêt public. »

« Je trouve qu'on tourne trop autour du pot, a pour sa part affirmé M. Bergeron par communiqué mercredi. L'homme par qui le scandale est venu, le scandale des compteurs d'eau, s'appelle Tony Accurso. Pour débloquer la situation, nous avons les moyens, comme administration municipale, de refuser d'accorder tout nouveau contrat aux entreprises de Tony Accurso ».

''Avec l'Agence QMI''
5821

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires