Nouvelles

Leadership au féminin : une coach nous donne les clés du succès

Main image

Audrey Bonaque

2022-03-08 13:15:00

Vous avez sûrement déjà lu « La minute du coach » sur Droit-inc… Une ancienne avocate lance son premier livre sur le développement du leadership !

Sophie Audet lance son premier livre intitulé « La révolution des sorcières : Guide de développement du leadership au féminin ». Source: Facebook
Sophie Audet lance son premier livre intitulé « La révolution des sorcières : Guide de développement du leadership au féminin ». Source: Facebook
À l’occasion de la journée internationale du droit des femmes, la coach professionnelle Sophie Audet lance son premier livre intitulé « La révolution des sorcières : Guide de développement du leadership au féminin ».

Disponible en librairie depuis le 3 mars, ce guide pratique porte sur le développement du leadership au féminin.

Mme Audet a fondé son entreprise en 2013 après avoir œuvré comme avocate et gestionnaire pendant dans de grands cabinets et entreprises, comme Transat et Québecor Média.

Nous lui avons parlé…

Tout d’abord, qu’est-ce qui vous a poussé à fonder votre entreprise et à vous consacrer complètement au coaching professionnel ?

J’ai eu une première vie d'avocate et de gestionnaire dans le monde corporatif. Dans les 10 dernières années, je siégeais sur des comités de direction et je gérais des équipes. À un certain moment, j’ai commencé à me questionner, car cela commençait à manquer de sens. Aussi, j’observais que les personnes ayant du leadership en posture de pouvoir manquaient beaucoup ou très souvent d'habiletés de leadership, à être constructif, à être empathiques, à avoir de l'écoute, à encourager et à avoir à cœur le développement de leurs employés. Ces éléments ont toujours été au cœur de mes valeurs et de ma pratique.

J’ai consulté une coach grâce à une recommandation. Dans nos conversations, j'ai pris conscience que ma place consistait à développer des leaders, de les aider à développer leurs aptitudes pour que nos organisations deviennent plus conscientes, plus humaines et capables d’aider les équipes à se dépasser.

Du point de vue des femmes, j'ai toujours vu qu’on avait beaucoup de difficulté, justement, à s'affirmer, à mettre nos limites et à prendre notre place. Cela m'a donné envie d'aider les femmes à développer leurs leaderships et leurs qualités.

Pourquoi avez-vous décidé de vous spécialiser dans le développement du leadership féminin?

J’ai constaté qu’après trois ou quatre ans de coaching professionnel, il y avait autour de 90% de femmes qui avaient tout le temps un doute par rapport à leurs valeurs personnelles, et ce, malgré leurs diplômes, leurs réalisations et les chemins parcourus. Peu importe les prix ou les accomplissements, elles avaient toujours un manque de confiance et d'estime. C’est d'ailleurs beaucoup illustré dans mon livre par mon histoire personnelle.

En effet, j'avais encore ces doutes et j'ai vraiment travaillé sur moi dans les dernières années. Parce que pour être capable d'aider les autres à dépasser leurs peurs et leurs limites, il faut commencer par le faire soi-même. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’hommes qui ont des doutes et qui ont des enjeux de confiance personnelle. C'est un enjeu universel, mais c’était surtout frappant chez les femmes que j'aidais. C’est ce qui m’a poussé à aller dans cette cause.

Vous venez de publier votre premier livre. Est-ce un résultat constant de ces dernières années ?

Tout à fait. J’ai la chance d’accompagner ces femmes et de développer des outils. Je fournis des outils concrets qui fonctionnent et qui ont aidé des femmes de tout milieu, de tout niveau hiérarchique et de toute profession, dont beaucoup d'avocates, à dépasser leurs limites, à avoir confiance en leurs moyens, à être capables de demander ce qu'elles veulent, à être capables de négocier pour elles-mêmes, de se faire valoir et de dire refuser.

C’est non seulement le fruit de mes constats, mais c'est le fruit des outils que j'ai développés au cours des années qui viennent de la science et de ce que j'ai appris. Je donne aussi des exercices aux lectrices pour se mettre en action. Je ne veux pas que ce soit juste de l'inspiration et une claque dans le dos. Je veux vraiment les aider comme je le fais dans mon travail.

Pourquoi avez-vous choisi le titre « la révolution des sorcières » ?

Ces deux mots sont très puissants. Je souhaite démocratiser le mot « révolution ». On a besoin de réinventer notre façon d'exprimer notre leadership. Pour moi, le leadership s’exprime par toute interaction et toute influence qu'on a avec les autres au travail. C’est ce que vit chaque femme au quotidien. Mon guide aide les femmes à personnaliser, à comprendre comment exercer du leadership dans leur travail et dans leur vie.

Pour le mot « sorcière », j’ai cherché un symbole de force dans l'histoire où les femmes ont tenté d'exprimer leur force et leur indépendance. Ce mot a été repris dans les dernières décennies par plusieurs groupes féministes de plein de façons. Il y a comme une réappropriation de ce mot qui évoque aussi ce qui fait peur. C’est très porteur dans notre inconscient collectif. Alors j'ai vraiment voulu aller chercher cette image pour donner l’envie aux femmes de se réveiller et se servir de ce symbole pour oser sortir de leur zone de confort à leur façon.

Plus concrètement, quels sujets abordez-vous exactement dans cette publication ?

Il y a 36 thématiques. J’ai vraiment conçu le livre pour que les lecteurs puissent aller directement dans la section qui les intéresse. J’aborde notamment des thèmes qui permettent de mieux se connaître. C'est la base du développement du leadership. Ces outils aident à comprendre ses forces, à les développer et à comprendre ses valeurs.

Il y a d'autres chapitres permettant d'« identifier les obstacles et les limites personnelles ». On parle ici notamment de complexe d'imposture et de perfectionniste. Il y a aussi des exemples externes comme la culture du travail, l’environnement où l’on n'est pas capable de prendre notre place. J'invite les femmes à mettre le doigt sur ces obstacles et à utiliser des petits outils pour les dépasser.

J’ai écrit un chapitre complet sur le « courage » et un autre très précis sur « comment être sa propre ambassadrice ». Il y a un autre chapitre dédié aux travailleuses autonomes. En droit, on en voit de plus en plus et dans plusieurs corps de métiers. Un autre thème qui reprend mon travail porte sur la réorientation de carrière et les questions qu’on peut avoir.

Au fur et à mesure de la lecture, le lecteur fait en même temps un travail personnel en faisant des exercices. On part de la théorie à l’action. Pour chacun des thèmes, j’ai mis deux ou trois questions à la fin qui font vraiment la différence.

Quel est l’objectif de ce livre ?

Quand chaque lectrice termine de lire mon livre, j’aimerais qu’elles ressentent de l’« empowerment », soit plus de pouvoir personnel. C’est un ressenti, mais ça a un effet concret. Dans n'importe quelle situation, par exemple, j’aimerais qu’elles sentent qu’elles sont capables de refuser au lieu d’accepter pour faire plaisir.

Ce livre permettrait d'acquérir plus de liberté intérieure, plus d’« empowerments » et plus de capacité à s'affirmer de façon authentique. Je souhaite que mes lectrices n’aient plus de doute.

Pourquoi est-ce important d’aider et d’ inspirer les femmes dans le monde professionnel ?

Sur le plan social, je suis convaincu qu’on est arrivé au bout de ce qu'on peut faire dans nos sociétés contemporaines, patriarcales et hyper structurées où l'humain a peu ou pas de place. On commence à voir ces changements, vers un mouvement avec plus d'écoute, plus d'empathie, d'inclusion et de collaboration.

Durant les deux dernières années de pandémie, on a vu comment on n’avait jamais parlé de la qualité d'empathie dans le leadership. On s'est rendu compte que les leaders féminines empathiques étaient celles qui gardaient les employés et les empêchaient de se brûler.

Mon souhait est que plus de femmes investissent en elles. Mon livre est l’un des outils qui le permettent. Plus on va prendre notre place et plus les organisations vont nous ressembler.

Quels sont les enjeux actuels auxquels elles sont confrontées dans le monde juridique et des affaires?

Voici un exemple que j’ai eu récemment. Le profil : une avocate âgée de 32 ans, pratiquant dans un grand cabinet d'avocats, avec cinq à six d’expérience, faisant toutes ses heures facturables et ayant une belle personnalité. Cette athlète olympique du droit part en congé de maternité. Avant son retour au travail, elle contacte un gestionnaire de l'organisation pour lui demander si elle devrait discuter avec ses collègues de son retour. On lui répond que le cabinet s’en occupe déjà. Or, lors de sa première journée, rien n’a été fait. Elle demande au responsable. Celui-ci lui dit de faire le tour des bureaux comme si elle était une stagiaire. Comment peut-on espérer qu'une femme partie en congé de maternité puisse atteindre les mêmes objectifs attendus ? Elle doit repartir de zéro et refaire sa place.

En 2022, ce n’est pas possible d’avoir toujours des pratiques sexistes comme celle-ci. Plus il y a aura de femmes qui investissent en elles-mêmes et qui sont capables de refuser quand il le faut, plus ces pratiques vont changer et tomber.

Quels seraient vos conseils pour nos lectrices ?

Il faut investir en soi pour mieux se connaître. Si vous connaissez vos forces et limites, vous serez capables d'identifier ce qu’il faut travailler. Si vous êtes capables de faire ces exercices personnels, vous serez capables de développer votre confiance en soi.

C’est un travail parallèle que nous devons faire parce que personne ne peut le faire pour nous. Ces techniques fonctionnent autant pour mes clients que pour moi. C’est basé sur un échantillon observable et c’est ce qui fait la différence.

Si mes chroniques ont aidé de nombreuses avocates à avoir davantage confiance en elles et en
leurs moyens, mon livre les amènera encore plus loin !
2379

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires