Pierre Allard a été victime de pressions de la part d'un autre entrepreneur
Pierre Allard a été victime de pressions de la part d'un autre entrepreneur
Avant l'ouverture des soumissions, M. Allard s'est fait dire par un dénommé Patrick Lavallée qu'il n'avait pas affaire à Laval, que le contrat devait appartenir à J. Dufresne Asphalte, que c'était son tour. Il s'était fait offrir de se retirer ou de déposer une soumission de complaisance _ ce qu'il a refusé de faire.

Après avoir obtenu le contrat à la suite de l'appel d'offres, il s'est aussi fait dire qu'il devait prendre les tuyaux de béton L'Écuyer, à Laval, et non ceux de Casaubon, comme il le désirait. Pourtant, les deux produits sont approuvés.

Après discussion, il a obtenu le droit de prendre les tuyaux Casaubon dans la partie privée du projet, mais il a dû prendre ceux de L'Écuyer, qui lui ont coûté 3000 $ de plus, pour la partie publique du projet.

De plus, au moment où deux cols bleus devaient venir faire un raccordement de ses tuyaux, l'un d'entre eux a refusé de descendre dans le trou. M. Allard a compris qu'il devait leur donner de l'argent pour qu'ils fassent leur travail. Après avoir donné 50 $, il s'est fait dire qu'en donnant une autre somme équivalente, ça irait. Il a donné 60 $ supplémentaires et les cols bleus ont accompli leur tâche prestement.