Jian Ghomeshi est acquitté
Jian Ghomeshi est acquitté
Le juge William Horkins a rendu son verdict devant les trois plaignantes, dont l’actrice Lucy DeCoutere, la seule qui puisse être identifiée, dans une salle d’audience bondée pour l’occasion.

L’accusé de 48 ans faisait face à cinq chefs d’accusation; quatre d’agression sexuelle et un autre pour avoir tenté de vaincre la résistance par l’étouffement. Trois femmes qui disaient avoir été agressées par Ghomeshi ont défilé à la barre des témoins durant le procès, qui a duré un peu moins de deux semaines.

Elles ont toutes affirmé sous serment avoir été brutalisées par l’ex-animateur de radio durant des moments intimes passés avec lui.

Dans son jugement, le juge Horkins a mentionné que sa décision se basait entièrement sur la crédibilité et la fiabilité des victimes, puisqu’il n’y avait pas d’autres preuves présentées par la poursuite.

Concernant la première victime, le juge a souligné que c’est seulement lorsque contre interrogé par la défense qu’elle s’est rappelée avoir envoyé une photo d’elle en bikini à Ghomeshi après leur rencontre qui avait tourné au vinaigre. Le juge estime que cela a diminué la valeur de son témoignage qu’il considère comme peu fiable et inégal.

Au sujet de Lucy DeCoutere, le juge a noté qu’elle a tenté d’induire la cour en erreur en ne mentionnant pas qu’elle a envoyé des courriels à Ghomeshi après la présumée agression.

William Horkins a précisé qu’il a considéré le cas des trois victimes séparément. Il a mentionné que les trois victimes n’ont pas été assez franches lorsqu’elles ont fourni leur version des faits à la police et aux médias.

Le juge estime donc qu’un doute raisonnable subsiste concernant l’innocence de l’accusé.

Défense payante

Fait particulier, la défense n’a jamais remis en doute les allégations des trois plaignantes selon lesquelles elles ont été frappées par l’ex-vedette de CBC. L’ancien animateur n’a pas témoigné durant le procès pour se défendre.
L’avocate de Ghomeshi, Marie Henein s’est plutôt attaquée à la crédibilité des trois femmes tout au long des procédures.

Visiblement, la stratégie employée par Me Henein, reconnue dans le milieu comme un véritable pitbull en contre-interrogatoire, a permis de semer un doute raisonnable dans la tête du juge.

Malgré ce verdict d’acquittement, Jian Ghomeshi n’en a pas fini avec la justice. Il doit en effet subir un deuxième procès pour agression sexuelle au mois de juin. Dans cette affaire, les faits qui lui sont reprochés se seraient déroulés en 2008 sur son lieu de travail de l’époque, soit dans les bureaux de CBC, à Toronto.