Paul-Matthieu Grondin, le bâtonnier
Paul-Matthieu Grondin, le bâtonnier
Bonne nouvelle pour la profession, puisque le montant des cotisations enregistre une baisse cette année.

Les avocats de plus de trois ans d’expérience vont payer 855,25 dollars contre 970,25 dollars l’année passée.

Baisses substantielles aussi pour les plus jeunes: les avocats de première année paieront 273,50 dollars (contre 310 dollars l’an dernier), ceux de deuxième année 570 dollars (contre 646,50 dollars) et ceux de troisième année, 705 dollars (contre 800,75 dollars).

Si Paul-Matthieu Grondin, le bâtonnier, s’attend à des critiques, car il y en a toujours, il estime qu’il n’y a pas beaucoup de paiements au gouvernement qui baissent de 30 % en quatre ans. En effet, depuis 2015, les cotisations au Barreau sont passées de 1 209 dollars à 855,25 dollars.

Le montant de l’assurance responsabilité enregistre également une petite baisse et passe de 970 dollars à 950 dollars.

Peu de changements pour la CAIJ et l’assistance parentale pour les membres travailleurs autonomes. Rien ne bouge du côté des barreaux de section, de l’office des professions et du PAMBA.

« On ne veut pas que ce soit une course à la plus grande baisse non plus. Il ne faut pas oublier que notre mission reste la protection du public. Il faut toujours s’assurer que le Barreau a assez de fonds pour l’assurer », explique le bâtonnier.

Assainissement des finances et appareil plus léger

Comment le Barreau peut-il se permettre une telle baisse de revenu ?

« On a fait un exercice pour assainir nos finances. Il y a une nouvelle gouvernance et donc on a un appareil plus léger, plus efficace. En mai 2016, il y avait entre 40 et 50 personnes au conseil général et désormais, le conseil d’administration est composé de 16 personnes. Nous avons aussi révisé le comité du Barreau, donc on a une structure un peu plus efficace à la suite d’une réorganisation », précise le bâtonnier.

Me Grondin évoque également une rationalisation et parfois, le non remplacement d’un départ à la retraite. « Mais il n’y aura pas de coupes sauvages, car il faut qu’on ait assez d’inspecteurs et de syndic adjoint », poursuit le bâtonnier.

Il est également revenu sur son salaire, évoquant une baisse à long terme qui est encore en discussion.

L’assurance responsabilité baisse également de 20 dollars. Cela signifie-t-il que les assureurs ont réévalué le risque à la baisse ? « Cela est lié aux litiges en cours, aux risques de paiement ou de non-paiement, c’est donc vraiment une question actuarielle. Pour l’instant, il semble que le fonds soit assez bien capitalisé pour nous permettre cette petite baisse », répond Me Grondin.

Promesse tenue ?

Lors de la campagne pour la course au bâtonnat, il avait dit à Droit-inc, concernant ces baisses de cotisation : « On a déjà voté des baisses et d’autres s’en viennent dès l’an prochain. Je ne veux pas promettre de chiffres précis, mais je veux tendre vers une baisse substantielle pour que les membres la ressentent dans leurs poches ».

Pas question pour le bâtonnier de se vanter, il préfère évoquer un travail d’équipe qui a commencé il y a quelques années.

« On fait tous les efforts nécessaires pour que les cotisations soient raisonnables et justes. Je laisse juger les membres pour dire si c’est une mission accomplie ».

Pour l’année prochaine, Me Grondin évoque la création de nouvelles catégories qui s’ajouteraient à celle déjà existante. Il pourrait donc y avoir d’autres variations de prix. Il faudra vérifier avec le conseil de section, dit Me Grondin.