Me Bruno Grenier fête ses 30 années de pratique comme avocat
Me Bruno Grenier fête ses 30 années de pratique comme avocat
Cette année, Me Bruno Grenier fête ses 30 années de pratique comme avocat. Depuis 11 ans, il travaille au sein de Grenier Verbauwhede, principalement en action collective.

Son cabinet a par exemple obtenu en 2013 un règlement dans un dossier d’action collective concernant la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) et a gagné des actions collectives contre les sociétés de téléphonie cellulaire Bell et Telus en 2014.

Mais l’avocat de 63 ans possède une petite particularité… En plus de s’impliquer au sein de son quartier, du parti municipal Projet Montréal et d’associations communautaires ou artistiques, il s’est trouvé une passion pour les abeilles!

Ainsi, sur le toit de son édifice, en plein coeur du Plateau Mont-Royal, il prend soin de deux ruches et s’est créé un véritable jardin urbain, fleuri de lavandes, de fines herbes, et de tomates.

Droit-inc: Comment vous est venu cette idée de prendre des ruches?

Sur le toit de son appartement du Plateau, cet avocat prend soin de deux ruches
Sur le toit de son appartement du Plateau, cet avocat prend soin de deux ruches
Me Bruno Grenier : J’avais lu là-dessus, et sur la problématique de la disparition des abeilles et des besoins en pollinisation. Je trouve ça important. D’ailleurs, il y a beaucoup moins d’insecticides en ville qu’en campagne donc les abeilles y survivent. On trouve des centaines de ruches à Montréal. En plus, j’habite pas loin d’espaces verts comme le parc Lafontaine, le parc Laurier et le Mont-Royal, et elles peuvent voyager dans un rayon de deux kilomètres autour de leur ruche. C’est pas de trouble d’en avoir, il faut juste vérifier régulièrement que la reine est vivante, et que d’autres cellules royales ne se forment pas.

Pourquoi?

Parce qu’il ne peut pas y avoir deux reines. Sinon la première quitte la ruche avec la moitié des abeilles et s’en va essaimer ailleurs. Et donc après, vous n’avez plus de miel!

Combien d’abeilles il y a dans une ruche? Et quelle quantité de miel récoltez-vous chaque année?

On trouve entre 20 000 et 70 000 abeilles dans une ruche, dépendamment des saisons, de la qualité et de l’âge de la reine. Ça me fait une trentaine de kilos de miel! C’est pas mal de miel!

Vous le revendez?

Non, je ne veux pas m’embarquer là-dedans. Alors je le donne. Je fais de beaux petits pots avec un ami designer et je les offre aux gens, à mes amis, aux employés des cafés dans lesquels je vais. Malheureusement cette année, on a été obligés de tuer la reine et de fusionner les deux ruches car elles n’allaient pas très bien. C’est compliqué car si ça ne marche pas, les abeilles se tuent entre elles. Mais ça s’est bien passé!

Comment identifiez-vous la reine?

Ça lui fait une trentaine de kilos de miel
Ça lui fait une trentaine de kilos de miel
Au début, ce n’est pas simple du tout! Mais en fait, elle est un peu plus grosse que les autres abeilles, c’est très subtil. Comme il y a beaucoup d’abeilles, c’est dur de la trouver. Une abeille vit en fait entre 20 et 40 jours, sauf la reine qui vit entre trois et cinq ans. La reine n’est fécondée qu’une seule fois dans sa vie, puis elle pond 4000 oeufs par jour toute sa vie, sauf l’hiver, un peu moins.

D’ailleurs, comment vos ruches survivent-elles à l’hiver québécois?

Dans une ruche, la température doit être de 35 degrés. L’hiver, les abeilles bougent et produisent de la chaleur. Nous, on l’isole aussi en l’enrobant de mousse, et on fait des petits trous si elles veulent sortir.

Vous êtes-vous fait déjà attaquer?

Oui, il y a deux ans, j’ai voulu montrer la reine à une amie et en prenant chaque rayon dans mes mains, j’ai fait un faux mouvement. Quatre abeilles m’ont piqué sur le même doigt, puis je sais pas il y a eu une odeur peut-être et les abeilles m’ont attaqué! Tout le monde a fui! Mais il fallait fermer la ruche! Vous pouvez le voir sur mon Instagram : j’avais une jute sur la tête, des gants, un gros manteau. J’ai enfumé la ruche. C’était un vrai film!

Un film d’horreur!

Oui! Et l’horreur a continué! Avec ma tenue, deux policiers ont pensé que j’effectuais un vol et donc ils me braquaient deux lampes poche sur moi, en me demandant de lever les mains! Ils m’aveuglaient, je n’entendais pas, on criait! J’avais un morceau de métal dans ma main et ils me disaient de baisser mon arme! Heureusement, mon conjoint est arrivé et leur a expliqué. Ensuite, alors qu’on ouvrait une bouteille de champagne, quatre camions de pompiers sont arrivés en pensant qu’il y a avait un feu sur le toit! Je vais m’en rappeler toute ma vie, c’était le cirque total!

Mais que s’est-il passé en fait?

J’ai tout mal fait. Déjà, à la fin de l’automne, les abeilles veulent protéger leur miel. Ensuite, en fin de journée, elles reviennent de leur récolte de pollen donc elles se trouvent toutes dans la ruche. Le mieux est d’ouvrir les ruches le matin car elles sont au champ. J’ai beaucoup appris depuis, je suis plus craintif, mieux équipé et je fais attention.

Vous impliquer comme vous le faites, ou avoir ces ruches, ça a une bonne influence sur votre pratique?

Oui, c’est sûr que c’est important, ça a une influence parce que ça change les idées. On pense à autre chose que les dossiers ou le bureau. On se concentre sur autre chose. Je me suis impliqué toute ma vie. Aujourd’hui, juste le fait de pouvoir donner du miel à mes amis, je trouve que c’est un hobby sympathique! Cette année, en plus, le miel avait un petit goût mentholé... Vous savez pourquoi? En raison des tilleuls!