Me Paul-Matthieu Grondin.
Me Paul-Matthieu Grondin.
Si le Barreau du Québec a refusé de participer à la commission parlementaire sur le projet de loi 21 relatif à la laïcité, il a néanmoins fait part de ses inquiétudes dans une lettre adressée au président de la Commission des institutions, André Bachand.

L'organisation y réitère la position qu'elle avait déjà adoptée dans le cadre des projets de loi 60 et 62 respectivement déposés en 2013 et 2015.

« L’interdiction des signes religieux telle que décrite dans le projet de loi n° 21 est, à notre avis, une atteinte aux droits et libertés fondamentales des chartes canadienne et québécoise », écrit le bâtonnier, Me Paul-Matthieu Grondin.

Selon lui, l'utilisation des dispositions dérogatoires « aura des impacts très concrets pour les personnes visées à qui on demande de choisir entre des éléments particuliers de leur foi et leur avenir professionnel. Ce seront des moments déchirants et réels ».

S'agissant de la situation particulière des juristes, le bâtonnier rappelle qu'« aucune avocate ni aucun avocat n’ont jamais fait l’objet d’une plainte disciplinaire ayant trait à un manque de neutralité ou à une apparence de manque de neutralité parce qu’elle ou il portait un signe religieux dans l’exercice de ses fonctions ».