Un gradué de l’automne 2019 dénonce ses collègues de la cohorte 2019-2020 de l’École du Barreau de Québec.
Un gradué de l’automne 2019 dénonce ses collègues de la cohorte 2019-2020 de l’École du Barreau de Québec.
Bonjour,

Je vous écris en voulant préserver mon anonymat svp.

J’ai gradué du Barreau cet automne 2019 avec succès. Nous avons un groupe Facebook de la cohorte du barreau 2019-2020. Avec la pandémie, nous avons été plusieurs à constater l’incertitude et l'anxiété des étudiants de l’hiver quant à leur formation professionnelle et leurs examens.

Cette anxiété au départ légitime, s’est transformée en un acharnement contre l’institution du Barreau elle-même. Nous étions plusieurs gradués à être choqués de voir que ces personnes qui veulent accéder à la profession d’avocat être si indignes par les propos qu’ils utilisaient.

Toutes les solutions offertes par l’École du Barreau passaient au bourreau dans le groupe Facebook privé. Certaines personnes qui étaient en désaccord avec l’opinion générale et qui le laissaient savoir, se faisaient bloquer du compte.

De futurs avocats qui ne respectent pas un principe aussi fondamental que la liberté d’expression est assez ironique.

Mais plus encore, après l’annonce des sujets d’examen aux étudiants et du temps supplémentaire qu’ils ont (le double) pour 3 fois moins de matière (littéralement), les publications Facebook continuaient : « on veut un remboursement de la formation préparatoire », « on veut un examen de reprise gratuit », « on veut avoir le droit de reprendre le barreau 4 mois si on échoue l’examen de reprise gratuit ».

Toutes ces revendications n’avaient aucun sens et n’avaient ni queue ni tête.

En quoi la pandémie actuelle influe sur l’examen de reprise? Pourquoi ne sont-ils pas satisfaits des mesures bien trop accommodantes du Barreau? Qui par ailleurs, donne une plage horaire de 24h pour faire l’examen (comment vont-ils contrôler la tricherie? Seul dieu le sait).

Bref, tout cela pour finalement, être plusieurs étudiants de l’automne à s’être réveillés ce matin en réalisant avoir été supprimés du groupe du Barreau de la cohorte 2019-2020 pour aucune raison.

Non seulement, nous n’avons rien dit ou fait, mais en plus c’est notre droit d’être dans ce groupe. Le nom du groupe est clair « cohorte 2019-2020 », il comprend les étudiants de l’automne. Certaines informations échangées en automne doivent nous être encore accessibles. De plus, rien n’est écrit dans le règlement du groupe quant au fait de devoir se désister du groupe une fois l’examen réussi.

Les administratrices - deux jeunes filles - ont procédé à la suppression de plusieurs dizaines de personnes sans raison légitime, sans droit et de façon arbitraire.

Leur argument me demanderez-vous ? « Ceci est un groupe indépendant, vous ne pouvez vous plaindre à personne ».

Si ces personnes veulent continuer leur drame sans que des «intrus» les observent, ils n’ont qu’à se créer un groupe Facebook pour les étudiants d’hiver.

Ainsi donc, cette lettre est pour dénoncer ce qui se passe et puisque « nous ne pouvons nous plaindre à personne » pour reprendre les mots de l’administratrice, alors nous vous écrivons à vous pour que le message passe.

Merci de votre attention et bonne journée!