Me Véronique Armelle Kuemo, avocate spécialisée en litige fiscal
Me Véronique Armelle Kuemo, avocate spécialisée en litige fiscal
Quelques mises à pied mais pas de baisses de salaire pour Alepin Gauthier, pas même du côté du personnel administratif. Tout le monde travaille en télétravail, et efficacement.

« Le cabinet est 100% opérationnel à distance », se réjouit Me Véronique Armelle Kuemo, avocate spécialisée en litige fiscal, qui elle aussi travaille de la maison… comme la trentaine d'avocats et notaires du cabinet.

Il faut dire que Alepin Gauthier a vu la crise venir de loin. Bien avant l’annonce du « Québec en pause » du gouvernement Legault le 16 mars, les ordinateurs portables étaient commandés, reçus et programmés. Les adjoints administratifs s’étaient attelés à la lourde de tâche de numériser tous les dossiers en cours pour les rendre disponibles virtuellement.

À l’annonce du Premier ministre de la fermeture des bureaux au maximum le mercredi 18 mars, tout était pratiquement prêt pour la migration à distance du cabinet.

Le lundi même de l’annonce, « les associés ont fait le tour des bureaux en disant “Nous, on arrête aujourd'hui” », se rappelle Me Kuemo. Le bureau d’avocats avait même prévu une journée tampon le lendemain, pour s’assurer que tout roule.

Et tout roule! « La ligne téléphonique continue d’être opérationnelle et la réceptionniste transfère les appels à chaque avocat directement sur le cellulaire ou la ligne à la maison, illustre Me Kuemo. On fait notre maximum pour garder l’efficacité. »

Télétravail en mode familial

L’avocate et Barreau 2018 poursuit son travail et n’en manque pas, même si la nature de ses tâches a forcément un peu changé vu les circonstances.

« Au niveau du litige fiscal, y a un gros ralentissement, témoigne Me Kuemo. C’est certainement parce que Revenu Québec et Revenu Canada ont un bon nombre d’employés retournés à la maison. Chez Revenu Canada, il y a les oppositions et le recouvrement qui sont fermés à moins qu’il s’agisse d’une urgence. C’est sûr qu’on ne peut pas vraiment dire qu’on avance dans les dossiers à ce niveau-là! »

« Au niveau corpo, ça continue de rouler », indique toutefois l’avocate, qui se plonge dans les transactions, les implications dirigeantes, les résolutions, la négociation, et surtout la mise à jour de livres… « Du travail qui peut être fait sans qu’on ait besoin d'aller au bureau. »

En fait, Me Kuemo n’a de son propre aveu « pas le temps de s’ennuyer ». C’est sûr que de travailler à la maison avec trois enfants en bas de sept ans, c’est moins productif. Maman est à la maison, et la porte de son bureau n’est jamais fermée. Ce qui a ses bon côtés.

« Moi, j’aime bien ça aussi qu’ils viennent de temps en temps me sortir de mon monde juridique, rigole l’avocate. On parle de deux à cinq minutes et je dis “Allez-y, allez-y!” »

« On essaie de tirer du bon de toutes les situations », conclut Me Véronique Armelle Kuemo.