La juge fédérale Amy Coney Barrett. Photo : Wikipédia
La juge fédérale Amy Coney Barrett. Photo : Wikipédia
Le président américain Donald Trump a affirmé qu’il annoncerait d’ici la fin de semaine le nom de la candidate qu’il propose pour remplacer Ruth Bader Ginsburg, décédée vendredi dernier.

Parmi les favorites pour accéder à ce siège à la Cour suprême des États-Unis se trouve la juge Amy Coney Barrett, plutôt aux antipodes de sa prédécesseure que l’on surnommait « RBG », une féministe notoire.

La magistrate de 48 ans, connue pour ses valeurs traditionalistes et religieuses, avait déjà figuré parmi les candidats potentiels, en 2018, pour un poste au plus haut tribunal du pays. Le siège avait finalement été attribué à Brett Kavanaugh (une nomination qui avait également fait grand bruit).

Amy Coney Barrett ne siège comme juge fédérale que depuis 2017. Elle a notamment été professeure pendant 15 ans à la Faculté de droit à Notre-Dame, une université catholique située en Indiana.

Mère de sept enfants (dont deux originaires d’Haïti qui ont été adoptés), la catholique pratiquante est ouvertement contre l’avortement.

Devant des étudiants de Notre-Dame, celle qui se présente comme une « juriste d’un style différent » a déjà affirmé qu’une « carrière juridique » était « un moyen au service d’une cause » : celle de « construire le Royaume de Dieu ».

Selon ses détracteurs, ses articles de doctrine juridique prônent des opinions largement influencées par ses convictions religieuses.

Son processus de confirmation au Sénat, après avoir été nommée par Trump à la cour fédérale, n’était d’ailleurs pas passé inaperçu.

« Le dogme religieux vit bruyamment en vous », avait lancé la sénatrice démocrate Dianne Feinstein.

Amy Coney Barrett avait pour sa part répliqué qu’elle savait faire la part entre sa foi et « ses responsabilités de juge ».

À la cour d’appel fédérale de Chicago, elle a notamment pris des décisions défavorables envers des migrants, des femmes désirant se faire avorter et la loi d’assurance-maladie Obamacare.

Si elle est nommée, Amy Coney Barrett serait la seule magistrate conservatrice à la Cour suprême, puisque les deux autres femmes occupant déjà ce poste sont progressistes. En tout, neuf juges siègent au plus haut tribunal des États-Unis.