Photos : Shutterstock
Photos : Shutterstock
Cette semaine, un procureur général fait un « hit and run » et prétend avoir frappé un cerf, une étudiante brûle des dossiers de cour pour se réchauffer, un avocat vole l’identité de son ex-femme pour aller aux danseuses, et plus encore...

Un procureur général tue un homme en voiture et prétend qu’il a frappé un cerf

Dans sa campagne d’élection en 2018, le procureur général du Dakota du Sud Jason Ravnsborg promettait une « Tough Justice » (justice robuste, si on veut).

Ironiquement, ce même procureur général fait face à des accusations après avoir happé un piéton avec sa voiture et avoir pris la fuite en septembre dernier, rapporte l’Associated Press. L’homme de 55 ans, Joseph Boever, est décédé.

Ravnsborg a ensuite confié aux policiers qu’il ne s’était pas rendu aux autorités car il croyait avoir frappé un cerf. Il ne fait face qu’à des accusations de conduite dangereuse, de manœuvre illégale et de conduite avec téléphone au volant. Justice robuste, mets-en!

Le Dakota du Sud a entamé une procédure en destitution à l’encontre de son procureur général, et la gouverneure de l’État a appelé à sa démission… ce que Ravnsborg refuse de faire.

Attendons un peu : le Washington Post indiquait mardi que les lunettes de l’homme décédé à la suite de l’accident ont été retrouvées à l’intérieur de la Ford Taurus du procureur général. « Ce sont les lunettes de lecture de Joe, ce qui veut dire que son visage est passé à travers votre pare-brise », a lancé un détective dans une vidéo rendue publique mardi par le département de sécurité publique de l’État. Mais non, c’était un cerf, qu’il a dit!

Elle brûle des dossiers de cour pour se réchauffer

Le Texas et le Missouri ont été victimes d’une dangereuse et inhabituelle vague de froid la semaine dernière. Une étudiante en droit de la Kansas School of Law a dû prendre les grands moyens pour se réchauffer lorsqu’elle s’est réveillée en voyant des glaçons se former à sa fenêtre.

Privée d’électricité comme bon nombre de ces citoyens, Alexandria Darden n’a pu trouver de bois nulle part pour allumer un feu. Elle a pris la décision de faire brûler une pile de vieux dossiers de cour dans son foyer pour éviter de geler, rapporte Above the Law. On parle ici de dossiers chauds, sûrement…

Un tribunal en plein air pour les anti-masques

Le Nigeria peine à faire observer les mesures sanitaires pour endiguer la pandémie, bien que l'État africain (et pays le plus peuplé du continent) fasse face à une seconde vague particulièrement mortelle de l’épidémie.

La capitale du pays, Abuja, a instauré en février un tribunal à ciel ouvert en plein centre-ville pour les habitants qui ne portent pas le masque, rapporte le Journal de Montréal. Le masque est pourtant obligatoire dans les espaces publics, quoique la règle soit rarement respectée.

« Aujourd’hui, nous avons jugé 46 personnes, dont trois mineurs », a indiqué mercredi le responsable à l’AFP le responsable de la force spéciale COVID-19 d’Abuja.

« Ceux qui ont plaidé coupable (de ne pas avoir porté correctement leur masque) ont dû s’acquitter d’une amende de 2000 nairas (environ 4 euros) », a expliqué l’avocat de la défense Nnamdi John.

Certains contrevenants peuvent également être condamnés à des travaux d’intérêt général et à jusqu’à six mois de prison.

Une parajuriste se fait menacer par un avocat avec un faux fusil

Dans un procès en cours présentement aux États-Unis, une parajuriste d’origine haïtienne se plaint de la culture de harcèlement qui règne au cabinet Jones Day, et des conditions de travail qui étaient les siennes et pas celles de ses collègues blanches. Le cabinet a d’ailleurs été poursuivi auparavant en raison de sa culture interne masculiniste.

Mais ce qui est le plus surprenant dans cette cause, c’est cette ligne.

Image
L’avocat Banghart est allé jusqu’à menacer Mme Thomas avec un fusil-jouet en bois qu’il conservait dans son tiroir de bureau, en sachant que Mme Thomas a peur des fusils.
Source : Abovethelaw.com.

On est plus loin que le harcèlement, là. Un avocat, sachant très bien la peur des fusils de la parajuriste, a sorti devant elle un faux fusil au cabinet. Il y a de quoi motiver les troupes.

Un avocat vole son ex-femme et sa belle-mère pour aller aux danseuses

Un procureur du comté de Chester en Pennsylvanie a admis avoir usurpé l’identité de son ex-femme et de sa belle-mère pour créer des cartes de crédit qu’il utilisait pour se procurer de la pornographie et visiter des clubs de danseuses, révèle The Philadelphia Inquirer.

Joshua Janis, 40 ans, a plaidé coupable à plus de 30 chefs d’accusation. En tout, il a créé neuf comptes de crédit avec les informations de son ex-femme uniquement.

Sa sentence sera prononcée le 22 mars prochain, tout comme une sentence dans un autre dossier où l’avocat a été reconnu coupable de voler des clients de son cabinet. Il se serait accaparé un total de 90 000 $US d’une dizaine de clients. Sa stratégie : facturer des heures sans les travailler.

Un juge utilise la carte de crédit du comté pour s’acheter une trousse de retrait de cire d’oreille

L'ancien Juge du comté de Pickens en Géorgie fait face à 57 chefs d’accusation pour s’être mal servi de sa carte de crédit émise par le comté pour son travail, indique l’AJC.

L’argent des contribuables du comté a ainsi servi à l’achat d’un kit pour retirer les bouchons de cire des oreilles.

On pourrait penser que le fait que le juge entende bien les causes serve l’intérêt des habitants, mais l’ex-juge s’est aussi procuré une montre Apple, des sandales Birkenstock, des jouets d’enfants, des vêtements, et une Nintendo Switch. Dur de trouver des excuses pour ceux-là.