Le juge en chef Richard Wagner avec les lettres patentes des nouveaux emblèmes héraldiques de la Cour. Photo : Site web de la Cour suprême du Canada
Le juge en chef Richard Wagner avec les lettres patentes des nouveaux emblèmes héraldiques de la Cour. Photo : Site web de la Cour suprême du Canada
Les nouveaux emblèmes héraldiques racontent l'histoire, le présent et l'avenir de la Cour, et expriment visuellement son rôle, ses traditions et le principe d’indépendance judiciaire, peut-on lire dans un communiqué de presse.

Ses nouvelles armoiries, son nouveau drapeau et son nouvel insigne ont été accordés par le héraut d'armes du Canada à titre d'honneur de la Couronne canadienne. Une nouvelle devise a aussi été annoncée.

« Conçus par l'ancienne héraut d'armes du Canada, Mme Claire Boudreau, ces emblèmes expriment les valeurs de notre institution, c'est-à-dire la justice, l'indépendance, l'intégrité, la transparence et le bilinguisme », a déclaré le juge en chef du Canada, Richard Wagner, lors de la petite cérémonie de dévoilement à la Cour suprême.

« Jusqu'à présent, la Cour utilisait les mêmes emblèmes que les pouvoirs exécutif et législatif de l'État canadien, c'est-à-dire les armoiries du Canada », a-t-il précisé.

L'insigne (nouvel emblème). Photo : Site web de la Cour suprême du Canada
L'insigne (nouvel emblème). Photo : Site web de la Cour suprême du Canada
« Ces dernières années, nous avons officieusement adopté l'emblème gravé sur les colonnes de marbre de notre grand hall d'entrée, conçu par l'architecte montréalais Ernest Cormier », a-t-il encore ajouté.

Chaque détail du nouvel emblème a été soigneusement étudié, y compris la nouvelle devise : « Justitia et Veritas », à savoir, « Justice et Vérité ». Ce sont également les noms des deux statues allégoriques qui se trouvent à l'extérieur de l'édifice de la Cour suprême à Ottawa.

« La Cour espère qu'avec ces symboles importants, chaque Canadien pourra trouver un élément qui lui parle », a déclaré le juge en chef Wagner.

Le héraut d'armes du Canada, Samy Khalid, a présenté les nouveaux emblèmes.

« C'est avec une grande fierté que je présente à la plus haute cour du Canada ses propres insignes et son propre drapeau », a déclaré M. Khalid, soulignant également que la Cour suprême « nous a aidés à façonner notre pays » pendant plus de 145 ans.

« Ces nouveaux emblèmes héraldiques expriment l'identité de la Cour suprême », dit-il encore.

L'insigne (emblème historique). Photo : Site web de la Cour suprême du Canada
L'insigne (emblème historique). Photo : Site web de la Cour suprême du Canada
Dans un communiqué, la Cour a décrit les emblèmes héraldiques, conçus par l'ancienne héraut d'armes Boudreau (décédée en novembre), comme étant « riches en symbolisme ».

La forme ronde au centre représente l'harmonie et la collégialité, tandis que le fond blanc véhicule les idéaux de transparence et d'accessibilité. Deux bandes rouges verticales représentent des voies parallèles, telles que les traditions bilingues et bijuridiques de la Cour. Les rayures rappellent également les principes de paix et de respect mutuel de la ceinture wampum à deux rangs.

Les armoiries comprennent les lauriers de l'insigne historique de la Cour, créé par M. Cormier, qui a conçu le bâtiment de la Cour suprême. L'emblème de Cormier est encastré dans le sol en marbre du grand hall et comporte les lettres stylisées S et C, entourées de lauriers.

Le juge en chef Wagner a adressé une pétition au Bureau du héraut d'armes pour obtenir des emblèmes héraldiques pour la Cour suprême au début de l'année 2019, précise un article du Canadian lawyer magazine.

Le drapeau. Photo : Site web de la Cour suprême du Canada
Le drapeau. Photo : Site web de la Cour suprême du Canada
« À l'avenir, la Cour utilisera le nouvel insigne et les nouvelles armoiries sur les documents judiciaires tels que les jugements, les ordonnances et les bulletins d'instance », explique-t-on.

Avec les nouvelles armoiries, le nouvel insigne et le nouveau drapeau, la Cour suprême communique visuellement son rôle, ses traditions juridiques et son indépendance judiciaire. L'institution explique que cette indépendance est essentielle au maintien des valeurs démocratiques du Canada et de la primauté du droit.