Que font les avocats criminalistes ? Photo : Shutterstock
Que font les avocats criminalistes ? Photo : Shutterstock
Que font les avocats criminalistes ? Ils travaillent. Et beaucoup.

Droit-inc met en scène leur histoire pour lever le voile sur des rouages concrets du système de justice québécois.

D’un pistolet à plomb à la prison

Gabriel Marion, un jeune homme de 19 ans, a récemment écopé d’une peine de prison de 26 mois, après avoir plaidé coupable à plusieurs chefs d’accusation.

Son crime ? Il a tiré sur son amie avec un fusil à plomb, blessant cette dernière sévèrement. L’incident s’est produit en janvier 2020.

« L’accusé tire à quatre reprises en direction de la victime, un projectile l’atteint au front et un autre fracasse ses lunettes, faisant en sorte que des morceaux de verre iront se loger dans un œil », a relaté le juge Serge Cimon au palais de justice de Laval, selon le Journal de Montréal.

Dans le cadre de ce litige, la poursuite était assurée par Me Jean-Sébastien Bigras tandis que M. Marion était représenté par Me George Iurcu.

Gabriel Morin avait plaidé coupable en juin dernier à sept chefs d’accusation, dont voies de fait causant des lésions et possession d’une arme à feu pendant interdiction.

La Cour a considéré son pistolet comme une arme à feu, en vertu du Code criminel.

M. Maria s’est aussi fait imposer une probation de trois ans. Il lui est aussi interdit de posséder certaines armes pour le reste de ses jours, toujours selon Le Journal.

Cinq mois de prison pour un Hells Angels

Un Hells Angels de Trois-Rivières, Serge Lebrasseur, a plaidé coupable à un chef d’accusation, jeudi dernier au palais de justice de Sorel-Tracy, rapporte La Presse.

Dans le cadre de ce litige, la poursuite était représentée par Me Geneviève Beaudin tandis que la défense était représentée par Me Rudy Daelman.

En février dernier, M. Lebrasseur a été reconnu coupable par un juge la Cour du Québec d’avoir intimidé un gardien de sécurité près du stationnement du traversier Sorel-Tracy–Saint-Ignace-de-Loyola en juin 2019. Il a été condamné à quatre mois de prison, quelques mois plus tard, en avril, toujours selon La Presse.

M. Lebrasseur, qui envisageait de faire appel de cette décision, avait été libéré provisoirement sous conditions.

Il a renoncé jeudi dernier aux procédures d’appel, tout en plaidant coupable à un chef d’accusation supplémentaire, soit de non-respect des conditions de sa liberté provisoire.

Il a été condamné à un mois supplémentaire de prison, toujours d’après les informations de La Presse.

Coupable d’avoir sollicité les services d’une fausse escorte mineure

Le juge Mario Tremblay de la Cour du Québec a condamné Dave Hamel, 41 ans, et Raphaël Beaumont, 26 ans, de leurre, ainsi que d’avoir communiqué avec une mineure pour acheter ses services sexuels, rapporte Le Soleil.

« Les deux accusés étaient bien informés que la personne était âgée de 16 ans et que cette situation créait un risque injustifié et important que la personne soit mineure, considérant la persistance de l’exploitation sexuelle des mineures et le tort que cela cause aux enfants. Ils ont néanmoins persisté dans leur conduite », déclarait le magistrat vendredi dernier, toujours selon le quotidien.

Le magistrat a rejeté la défense des deux hommes, en plus des requêtes de la défense en arrêt des procédures. La défense soutenait que les accusés avaient été piégés par des policiers.

« Les policiers n’ont pas offert une occasion de commettre une infraction avant d’avoir des soupçons raisonnables que les accusés communiquaient avec une personne âgée de 16 ans dans le but d’avoir des services sexuels», a déclaré le juge Tremblay selon Le Soleil.

Le Service de police de la Ville de Québec a lui-même diffusé les annonces d’escortes, dans le cadre d’une opération visant à arrêter les clients de prostituées mineures.

Le magistrat a conclu que les droits des accusés n’avaient pas été enfreints.