Source : Shutterstock
Source : Shutterstock
Les poursuites contre les employeurs devraient se multiplier à cause du stress causé par le retour au bureau et l’arrivée du variant Delta, c’est ce que rapporte Bloomberg Law.

Aux États-Unis, deux poursuites judiciaires ont déjà été enclenchées contre des employeurs qui ont imposé le retour du travail en présentiel à leurs employés.

En Floride, une assistante sociale a poursuivi ses employeurs pour avoir refusé sa demande de rester en télétravail. Après six mois de télétravail, ses employeurs ont décidé d’imposer le retour dans les bureaux. Mais celle-ci a demandé à continuer à travailler à distance à cause de son état psychologique. Après le rejet de sa demande, elle a décidé de porter plainte au tribunal fédéral de Floride en mars 2021.

En avril dernier, un directeur marketing web a également poursuivi son ancien employeur Instapage Inc., en Californie. Après avoir eu une crise d'angoisse liée au COVID-19, il aurait demandé des accommodations à ses supérieurs comme un congé prolongé et une réduction des responsabilités en fin de semaine et hors des heures de travail. Mais la compagnie l’aurait congédié tout de suite après.

« Les employeurs peuvent généralement refuser les aménagements qui représentent une « charge excessive » pour les activités de l'entreprise. Dans le cas de demandes de télétravail prolongé, il sera plus difficile pour les employeurs d'invoquer cette défense s'ils ont permis aux travailleurs d'être à distance pendant plus d'un an », a déclaré Me Jeff Thurrell, associé chez Fisher and Phillips, au média Bloomberg Law.

Hausse des poursuites liés à la santé mentale

Certains avocats américains et d’autres observateurs juridiques indiquent qu’il y aura de plus en plus de procès liés à la santé mentale ou aux handicaps des travailleurs.

Cette augmentation s’expliquerait par la hausse des personnes atteintes du variant Delta et par la pression plus forte des employeurs sur les employés pour un retour dans les bureaux. Parfois, certains plans mis en place auraient un impact négatif sur la santé mentale des travailleurs.

Une étude, réalisée en juin par la firme McKinsey & Company, déclare que la santé mentale d'un travailleur sur trois est touchée. D’après une autre étude de l’Université de Californie à Los Angeles, les pressions professionnelles et familiales peuvent entraîner une dépression chez les travailleurs.

Avant la pandémie, les tribunaux américains étaient réticents à prendre parti pour les travailleurs dans ce type de litiges. Cela pourrait peut-être changer avec l’adoption du télétravail par de nombreuses entreprises.