Lorne Giroux. Source: Site web de l’Université Laval
Lorne Giroux. Source: Site web de l’Université Laval
« C'est à la fois un privilège et un bonheur de travailler avec cet érudit du domaine juridique québécois. »

C’est en ces termes que Marc-André Gravel a accueilli la nouvelle prise de GBV Avocats, le cabinet qu’il a fondé en 1998. Son nom ? Lorne Giroux. Et, croyez-nous, il n’est pas un avocat-conseil comme les autres. Me Giroux a siégé comme juge à la Cour d’appel du Québec de 2005 à 2020.

« Par son expertise extraordinaire certes, mais aussi par ses qualités humaines, Me Giroux est un exemple d'intensité, de rigueur et d'humilité, s’empresse d’ajouter Me Gravel. Il incarne à ce titre les valeurs que nous cherchons à promouvoir au sein du de notre cabinet. Ses compétences pointues et sa compréhension des rouages complexes de l'administration publique constitueront des atouts précieux, tant pour la résolution de difficultés complexes que dans la formation de notre relève. »

Une courte retraite

La retraite semble avoir été de courte durée pour l’ancien magistrat. Effective depuis le 3 juillet 2020, voilà qu’il renonce à son marteau pour intégrer le Groupe administration publique et environnement de GBV.

Normal, direz-vous : Me Giroux est reconnu par ses pairs comme un spécialiste du droit administratif. Ses compétences sont reconnues dans les domaines du droit municipal, du droit de l'environnement, du droit constitutionnel et du droit de l'aménagement du territoire. Il a notamment participé à l'élaboration et à la refonte de la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme.

Détenteur d’une maîtrise en droit de l’Université Harvard et d'un doctorat en droit de l'Université Laval, Me Giroux a fait ses preuves comme professeur à la Faculté de droit de l’Université Laval avant de siéger à la Cour à partir de 2005.

À noter qu’il a aussi exercé en cabinet à l’époque où il était professeur.

Joint par Droit-inc, Me Giroux a décliné notre demande d’entretien pour préserver son « devoir de réserve » vis-à-vis de ses anciens confrères.

« En fait, ma prise de retraite s’étant réalisée en pleine période de pandémie, la traditionnelle réception pour souligner le départ d’un collègue n’a pas encore eu lieu dans mon cas et a été reportée à une date future. // Dans ces circonstances, je suis d’avis qu’un devoir de réserve s’impose encore à moi ce qui m’incite à garder une certaine discrétion au sujet de mes activités professionnelles post-retraite, en tout cas tant que mes liens de collégialité avec mes collègues de la Cour n’auront pas été entièrement rompus », nous a-t-il écrit.

De la croissance ? En tout cas, bientôt 40 avocats…

GBV Avocats semble avoir le vent dans les voiles. Le cabinet a annoncé sept embauches depuis le 1er septembre dernier. À ce chiffre, Droit-inc dénombre cinq juristes : Mes Mathieu Landry, notaire, Mélanie Blackburn St-Gelais, en droit des affaires, Pierre-Olivier Pruneau, en litige, Jérémy Roy, en contrats stratégiques, et, bien sûr, Lorne Giroux.

Avec 37 avocats, GBV frôle maintenant le cap de la quarantaine. Parmi les deux autres embauches, notons les techniciens juridiques Mélissa Boyer et Victor Lopez Gutierrez.

Le cabinet a aussi confirmé à la fin du mois d’août l’embauche de son ancienne stagiaire, Me Elyann Ouellette.