Me Guy Mercier s’est éteint... Source: LeSieur et frère
Me Guy Mercier s’est éteint... Source: LeSieur et frère
Me Guy Mercier est décédé à l’âge de 80 ans.

Ce notaire de Saint-Bruno a été administrateur de SOQUIJ durant 27 années, dont 14 ans comme président du conseil d’administration de la société d’État.

Me Guy Mercier avait été nommé à la présidence de SOQUIJ en 1999. Il était le troisième président de la société.

Me Guy Mercier avait fait ses adieux à SOQUIJ en 2014, quand il avait pris sa retraite. Il avait alors été nommé président émérite de SOQUIJ.

Lors de l’hommage qui lui avait été rendu pour son départ à la retraite, sa contribution à SOQUIJ avait été soulignée.

« Nous lui devons les bonnes relations que nous entretenons avec la magistrature et le Barreau du Québec. Il a su faire face aux défis qui se sont présentés et quitte une organisation en santé », avait salué Claude Paul-Hus, qui était alors le directeur général de SOQUIJ.

Guy Mercier avait expliqué la recette de sa longévité à la tête de la société d’État. « C'est un mélange d'affection, d'entêtement à obtenir des résultats et de confiance », disait-il, en soulignant combien il avait aimé SOQUIJ.

Avant de prendre la tête SOQUIJ, Me Guy Mercier avait exercé en pratique privée, avant d’être nommé syndic, puis directeur général, puis à nouveau syndic de la Chambre des notaires du Québec.

En 1988, son mandat de directeur général s’était achevé au bout de deux ans sur une polémique: Me Mercier se serait inquiété de la féminisation de la profession, affirmant que certaines femmes exerçaient « en dilettante », alors qu’il niait avoir tenu ces propos. La ministre de la Condition féminine, Monique Gagnon-Tremblay, elle-même notaire, s’était indignée que les propos aient pu être tenus, tout en mettant en doute leur réalité. La ministre avait souligné que Me Mercier avait lui-même soutenu les femmes notaires.

Devenu syndic de la Chambre des notaires en 1993, sa décision de refuser de porter plainte contre le notaire Claude Laurier pour détournement de fonds lui avait valu d’être écarté du dossier par le comité de révision de la Chambre. Par la suite, un rapport d'enquête du Bureau de la Chambre avait mis en lumière des faiblesses importantes en matière de protection du public. Ces faiblesses provenaient de la présidente Louise Bélanger, mais aussi du bureau du syndic, pointait le rapport. Peu après, la présidente et le syndic avaient remis leur démission.

En 1997, Me Guy Mercier était nommé directeur des dons planifiés à la Fondation québécoise du cancer.

Sur la page de condoléances, Me Danielle Blondin, la directrice générale de SOQUIJ par intérim, offre ses sympathies au nom de SOQUIJ à la famille de Me Guy Mercier: « C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris la nouvelle du décès de Monsieur Mercier. (…) Nous conservons un souvenir impérissable (de lui). »

La notaire Nancy Chamberland, qui a été directrice des services juridiques de la Chambre des notaires du Québec - elle est aujourd’hui adjointe au vice-recteur exécutif à l’Université Laval - , partage sa tristesse en se rappelant de Me Mercier :

« Guy aura été mon mentor à la Chambre des notaires. Il m'y aura embauchée. Son aménité, sa bienveillance, sa bonté à mon égard à une époque difficile de ma vie personnelle, m'auront permis de mieux le connaître et de l'apprécier.

Il m'avait invité et intégré à un réveillon du jour de l'an dans sa famille s'assurant ainsi que je ne serais pas seule et que j'oublierais pendant un moment les soucis pour ma fille toute petite à l'époque et qui n'était pas avec moi pour ces fêtes de fin d'année.

Guy aura été un des meilleurs syndics, humain, compréhensif, accessible dont notre profession aura bénéficié. Sa fierté lorsqu'il nous parlait des ses filles, les sportives, skieuses, sa «bibitte» qu'il chérissait… que de fous rire lorsqu'il me racontait ses frasques de gamin turbulent, j'entends encore rire ses collègues dont Me Trépanier, Me Delorme !!! Autre temps autre époque, je l'adorais ! Son sourire et ses beaux yeux pétillants d'intelligence et de malice resteront gravés dans ma mémoire. »

L’ancien président de la Chambre des notaires du Québec, Jean Lambert, se souvient de leur amitié:

« Je conserve de Guy le souvenir d'une personne de grande générosité, toujours prêt à aider les notaires en difficulté et ce malgré son chapeau de policier de la profession. Il aimait rire et faire rire. On ne s'ennuyait pas en sa présence. Et quel sourire dans l'adversité! Bien que n'étant plus président, je te décerne, Guy, mon mérite notarial personnel pour ton courage et ta détermination à vivre. »