Me Jimmy Ernst Jr. Laguë-Lambert. Crédit photo: Véronique Lewandowski
Me Jimmy Ernst Jr. Laguë-Lambert. Crédit photo: Véronique Lewandowski
Le cabinet Lambert Avocat inc a déposé une demande d’action collective à la Cour supérieure, contre Croisières AML inc, 9115-9327 Québec inc. et les Investissements Navimex inc., le 29 novembre dernier.

Me Jimmy Ernst Jr. Lambert de Lambert Avocat inc. représente M. Olivier Phanor, le demandeur dans ce dossier.

Me Maxime Cantin de Norton Rose Fulbright représente les parties défenderesses dans cette affaire.

Cette action collective vise « tous les consommateurs qui, depuis le 12 juin 2018, ont payé un prix supérieur à celui qui était annoncé pour une croisière offerte par les défenderesses ».

Le demandeur reproche aux défenderesses d’ajouter des frais supplémentaires obligatoires à l’achat de billets pour une croisière ou excursion AML.

« J’ai été surpris quand j'ai reçu le courriel de mon client et je me suis tout de suite occupé du dossier. Je ne peux pas croire qu’il y a encore des compagnies avec cette attitude négative par rapport au droit des consommateurs. Quand est-ce que le message va passer et comment va-t-il passer ? » se demande Me Lambert.

En effet, la compagnie ajoute des frais de réservation de 2 $ plus taxes par personne, pour une transaction en ligne et 4 $ plus taxes par personne, pour une transaction par téléphone.

Ce recours collectif vise à obtenir le remboursement des frais de réservation et de service payés par les consommateurs et l’octroi de dommages punitifs. M. Phanor demande à être le représentant de l’action collective.

Retour sur les faits

Le 28 novembre dernier, M. Phanor a choisi le forfait Souper-croisière de Noël au large pour deux personnes sur le site web de croisières AML.

Le forfait choisi affichait le prix de 114,99 $ par personne. Après avoir vérifié si c’était le même prix dans la section « en savoir plus », il a cliqué sur le bouton « acheter mes billets » pour se procurer deux billets.

Avant de finaliser la transaction en ligne, il devait sélectionner le nombre de passagers, la date, ses informations personnelles et son mode de paiement.

Me Maxime Cantin. Source: Site web de Norton Rose Fulbright
Me Maxime Cantin. Source: Site web de Norton Rose Fulbright
À la caisse, sa facture affichait le montant total de 292,14 $. Ce montant correspondait au prix des billets soit 229,98 $ et l’ajout de frais supplémentaires. En effet, il devait obligatoirement « débourser la somme additionnelle de 24,12 $ pour les frais de réservation et les frais de pourboire ».

« C’est illégal. Ces compagnies ont toutes la même manière d’opérer. Le client achète directement le billet sans pouvoir réserver une place. Il paie le coût du billet et divers frais supplémentaires », affirme Me Lambert.

« En omettant d’informer le consommateur des différents frais supplémentaires avant l’étape du paiement, les défenderesses omettent d’annoncer un prix incluant tous les frais que le consommateur doit débourser dès la première occasion où elles annoncent un prix », est-il allégué dans la demande d’autorisation d’action collective.

Selon la demande, les défenderesses enfreignent plusieurs articles de Loi sur la protection du consommateur.

« Les Croisières AML ont 600 000 passagers chaque année. Multipliez ce chiffre par deux, ça commence à faire un gros dossier. (...) On parle d’un grand groupe de personnes qui ont acheté des billets et payé ces frais supplémentaires. Mon client a déjà subi son préjudice, car il a déjà acheté ses billets qui n’étaient pas au prix affiché », explique Me Lambert.

Contacté par Droit-inc, le représentant des parties défenderesses n’a pas donné suite à nos demandes d’entretien.

Pour en savoir plus ou vous inscrire à ce recours collectif, vous pouvez consulter la demande émise par le cabinet ici.