Kenneth Salomon. Source: Droit-inc.
Kenneth Salomon. Source: Droit-inc.

Deux ans après avoir été condamné à payer 7 millions de dollars à une ex-cliente, Kenneth Salomon vient de perdre son droit de pratique pour avoir contrevenu au Code de déontologie des avocats.

L’ancien avocat du cabinet Sternthal Katznelson Montigny, qui aujourd’hui pratique à son compte, s’était mis dans le pétrin alors qu’il avait conseillé à une veuve d’investir dans Triglobal, théâtre d’une fraude de 100 millions de dollars en 2007…

En 2017, la Cour d’appel avait jugé l’ex avocat coupable de plusieurs manquements professionnels et de s’être mis en situation de conflits d’intérêts en 2017, évoquant la double relation qu’il entretenait avec les dirigeants de Triglobal et sa cliente. La Cour suprême a réaffirmé cette décision en 2019, estimant que Kenneth Salomon « n’a pas conseillé ses clientes comme il incombe à un avocat compétent, prudent et diligent de le faire », en plus d’avoir manqué à son devoir de loyauté.

Et Kenneth Salomon était condamné à rembourser 7 millions de dollars à son ex-cliente Judith Matte-Thompson.

C’est pour ce dossier, qui remonte au début des années 2000, que le Conseil de discipline a radié M. Salomon provisoirement pour deux périodes d’une année chacune, à être purgée concurremment.

Éventée en 2007, la fraude à la Ponzi perpétrée par Themis Papadopoulos et ses acolytes, architectes de la société financière Triglobal. s’est soldée par des pertes de quelque 100 millions de dollars pour les investisseurs.

Spécialiste du droit testamentaire, Kenneth Salomon est régulièrement consulté par sa cliente sur les questions successorales. Il lui fait rencontrer Themis Papadopoulos, son propre conseiller financier personnel et l’âme dirigeante de Triglobal.

Les deux hommes sont des amis proches, et Me Salomon a personnellement investi dans trois fonds gérés par Triglobal, dans lesquels il perdra d’ailleurs 20 000 dollars. Il recommande plusieurs placements dans Triglobal à sa cliente, qui y versera au fil des ans quelque 7 millions de dollars.

Alors que les choses tournent mal pour les clients de Triglobal, Mme Matte-Thomson s’inquiètent pour ses avoirs et « la preuve documente des échanges où Me Salomon fait équipe avec M. Papadopoulos pour tenter de convaincre Mme Matte-Thompson de ne pas retirer les placements des intimées auprès de Triglobal », écrit la Cour suprême.

Pour avoir manqué à son devoir de loyauté envers sa cliente, pour avoir brisé le sceau de confidentialité entourant ses échanges avec cette dernière, en plus de s’être mis en situation de conflit d’intérêt, Kenneth Salomon est donc radié un an et condamné à 15 000 dollars d’amende, peut-on lire dans la décision rendue le 31 mars dernier.

Fait à noter, plusieurs clients de M. Salomon ont témoigné en sa faveur devant le conseil de discipline. Le Barreau 1973, dont la pratique est déclinante, ne représente pas de risque de récidive élevé pour le syndic.

Me Doug Mitchell Source: imk.ca
Me Doug Mitchell Source: imk.ca
Devant le Conseil de discipline, M. Salomon était représenté par Me Doug Mitchell, d’IMK, lequel faisait face au syndic adjoint Me Samy Elnemr.

« Nous allons faire appel de la décision disciplinaire, qui est disproportionnée par rapport à l’acte reproché », a expliqué Me Mitchell. Son client entend également s’attaquer à la conclusion du conseil de discipline selon laquelle Kenneth Salomon aurait perçu des commissions, « une allégation rejetée en première instance, et écartée par la Cour suprême ».