Jean-Philippe Dionne et Éric Alexandre Guimond. Sources: LinkedIn et site web de Langlois
Jean-Philippe Dionne et Éric Alexandre Guimond. Sources: LinkedIn et site web de Langlois
Deux avocats font la paire, chez Langlois. Le cabinet a recruté Jean-Philippe Dionne et Éric Alexandre Guimond, qui font leur entrée à son bureau montréalais.

Langlois compte maintenant 116 avocats et associés dans la métropole, selon les informations de son site internet.

Jean-Philippe Dionne, qui a quitté Stikeman Elliott en avril dernier, s’est joint au groupe de litige, où il exerce principalement dans les domaines du litige civil et commercial. Il est entré au cabinet en mai 2017 à titre d’étudiant en droit.

Me Dionne est récipiendaire de plusieurs prix et bourses octroyés pour ses excellents résultats universitaires. Il a notamment obtenu la meilleure moyenne cumulative de sa promotion en première, deuxième et troisième année de sa licence en droit civil à l’Université d’Ottawa.

Il a participé au concours de plaidoirie Laskin (droit constitutionnel et administratif) en 2018, où son équipe a remporté le deuxième prix pour les meilleurs mémoires.

Il a par la suite été coentraîneur de l’équipe de la Section de droit civil de l’Université d’Ottawa au concours Laskin en 2019 et en 2020.

Éric Alexandre Guimond, qui a pour sa part quitté la quinzaine de juristes de ML Avocats, exerce en droit du travail et de l’emploi.

Préalablement à sa carrière d’avocat, il a été enquêteur pendant plusieurs années au sein de la Gendarmerie royale du Canada, où il a notamment été affecté au Programme des enquêtes criminelles relatives à la sécurité nationale et au Secteur de la responsabilité professionnelle.

Il est notamment appelé, dans le cadre de sa pratique, à conseiller des sociétés privées du domaine des médias et des communications dans le cadre de licenciements individuels et de clauses contractuelles de confidentialité, de non-concurrence et de non-sollicitation.

Me Guimond a effectué son stage du Barreau à la Cour pénale internationale et au Tribunal pénal international pour le Rwanda.

Titulaire d’une licence en droit de l’Université d’Ottawa, il est actuellement candidat à la maîtrise en droit des technologies de l’information à l’Université de Montréal.