Me Nicolas Choueri. Source: LinkedIn
Me Nicolas Choueri. Source: LinkedIn
Me Nicolas Choueri se taille une place au sein du cabinet BCF Avocats d’affaires dans le groupe en droit du travail et de l’emploi. Ce Barreau 2022 détient un baccalauréat en droit civil, en plus d’un DESS en common law et droit international, à la Faculté de droit de Sherbrooke.

Son entourage a toujours su qu’il allait devenir avocat. « Quand j’étais jeune, j’ai toujours aimé donner mon opinion et me renseigner. En grandissant, j’ai compris que le domaine du droit allait me permettre de toucher à plusieurs de mes passions en même temps. Le droit mène à tout! », explique-t-il.

Persévérance

La première année de ce jeune avocat dans le baccalauréat en droit n’a pas été facile. « Je ne participais pas beaucoup aux activités organisées par ma faculté et je crois que ça a affecté mes notes », mentionne-t-il.

C’est pourquoi il s’est ensuite impliqué au Réseau national d’étudiants pro bono du Canada en plus d’être membre du Conseil exécutif fondateur du comité de Droit constitutionnel et Politique de la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke. Il a aussi participé au concours de plaidoirie Laskin à titre de plaideur.

« Si j’ai un conseil à donner aux jeunes étudiants en droit, c’est de continuer à travailler et de ne pas abandonner vos études dès la première session. Ça vaut vraiment la peine de continuer et de persévérer jusqu’au bout », confie-t-il.

Et il a raison, car l’excellence de son dossier académique lui a valu une mention au Palmarès du doyen de sa faculté en 2019 et 2020.

La politique et le sport

Les deux plus grandes passions de Me Choueri sont la politique et le sport. Il a d’ailleurs occupé plusieurs fonctions dans différents partis politiques, dont le Parti conservateur du Canada et la Coalition Avenir Québec. Il a aussi été adjoint aux communications à l’Assemblée nationale du Québec durant un stage au cabinet du whip.

« Pour moi, la politique, ce n’est pas une carrière, c’est plutôt une passion. J’ai grandi en suivant l’actualité et en regardant les débats des grands chefs. Je me suis aussi impliqué très jeune en politique et ça m’a permis de développer mon esprit critique et analytique », ajoute-t-il.

Cet avocat de 24 ans continue d’alimenter sa passion pour le sport en étant actuellement analyste de match pour la Ligue de développement du hockey M18 AAA du Québec.

Même si sa pratique se concentre principalement sur le droit du travail et de l’emploi, Me Choueri espère un jour pouvoir travailler davantage dans le droit du sport et électoral. « Je ne suis pas inquiet, car souvent les avocats en sport détiennent une expertise en droit du travail. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi ce domaine de pratique », dit-il.

« Nationaliste »

C’est au cabinet McCarthy Tétrault que Me Choueri a effectué son stage du Barreau. « Ils m’ont offert ma première chance et je les remercie énormément pour cela. Malheureusement, après le stage, je voulais pratiquer en droit du travail, mais l’équipe était complète », explique-t-il.

C’est pourquoi il a choisi de rejoindre l’équipe du droit du travail et de l’emploi chez BCF.

« Chez BCF, je connaissais bien leurs liens dans le domaine du sport et je savais qu’ils montraient beaucoup d’enthousiasme envers leurs jeunes avocats. Aussi, j’aimais beaucoup le fait que ce soit un cabinet québécois. Ça venait chercher mon côté nationaliste », conclut-il en riant.