Carine Monge, MBA, LL. L, LL. B est l’auteure de cet article. Source : LinkedIn
Carine Monge, MBA, LL. L, LL. B est l’auteure de cet article. Source : LinkedIn
Avec toutes les campagnes de sensibilisation sur la maltraitance des dernières années, nous avons tendance à associer le concept de vulnérabilité financière principalement avec nos aînés. Toutefois, dans son guide PROTÉGER UN CLIENT EN SITUATION DE VULNÉRABILITÉ1, l’Autorité des marchés financiers indique que :
Plusieurs facteurs peuvent causer la vulnérabilité d’un client, par exemple une blessure, une maladie, un problème de santé mentale, des problèmes cognitifs ou un handicap.

La vulnérabilité peut aussi être causée par un faible niveau d’éducation financière, l’isolement social, ou des difficultés ou une inaptitude à gérer seul ses affaires ou à faire face à certains événements de la vie (deuil, difficultés financières, maladie d’un proche, etc.).

Cette vulnérabilité peut être temporaire ou permanente.

Dans cette optique, il est fort possible que beaucoup d’entre nous aient un jour à soutenir une personne proche en situation de vulnérabilité, ou même à faire appel à notre entourage pour nous aider à gérer nos affaires pendant une période difficile. C’est pourquoi la Corporation de services du Barreau du Québec entreprend cet automne une campagne de communication visant à encourager tous ses membres à désigner une personne de confiance afin de les soutenir dans la gestion de leurs affaires s’ils se retrouvaient en situation de vulnérabilité.

Qu’est-ce qu’une personne de confiance? Il s’agit d’un ami ou un membre de la famille en qui vous avez confiance et qui pourrait vous apporter l’aide dont vous auriez besoin pour faire face à certaines situations pouvant affecter votre capacité à prendre des décisions financières éclairées. Cette personne n’a idéalement aucun intérêt dans la gestion de vos affaires et n’est pas votre représentant ou mandataire, votre légataire universel ou la personne avec laquelle vous détenez un compte conjoint.

Par exemple, votre conseiller pourrait communiquer avec la personne de confiance au besoin pour discuter de :
  • préoccupations quant à votre aptitude à gérer seul(e) vos finances;
  • situations dans lesquelles vous pourriez, à défaut d’obtenir de l’aide, mettre vos actifs en péril;
  • la manière dont votre mandataire gère vos affaires; ou
  • projets d’investissement risqués qui nécessitent plus de réflexion ou un point de vue extérieur.
La personne de confiance pourrait ainsi, selon les circonstances, communiquer l’information requise, en discuter avec vous ou obtenir des renseignements supplémentaires pour mieux vous guider dans votre réflexion.

Par ailleurs, la personne de confiance ne peut pas:
  • effectuer d’opérations sur votre compte;
  • faire des transactions pour vous ou en votre nom;
  • prendre des décisions financières à votre place ni agir en votre nom.
Elle sera contactée uniquement lorsque les situations préalablement définies se présenteront, et vous pourrez en tout temps retirer votre consentement à ce que votre conseiller communique avec cette personne.

Il est aussi fortement suggéré de désigner une seconde personne de confiance, qui pourrait être contactée dans les situations où la première personne de confiance refuserait d’intervenir, ne serait pas disponible pour le faire ou ne serait pas en mesure d’agir dans vos meilleurs intérêts.

Qu’est-ce qu’une personne de confiance?
Qu’est-ce qu’une personne de confiance?
Bien que vous ne soyez pas obligé de désigner une personne de confiance, celle-ci peut être une source d’information supplémentaire afin d’aider votre conseiller à mieux protéger vos intérêts.

La désignation d’une personne de confiance n’est qu’une solution parmi plusieurs qui sont préconisées pour prévenir et repérer toutes formes de maltraitance financière tant envers les aînés que les autres personnes en situation de vulnérabilité. Parmi ces solutions, on retrouve non seulement la procuration et le mandat de protection, mais aussi le soutien de personnes attentives et dévouées. Avec le temps des Fêtes à nos portes, et même s’il peut s’agir de sujets délicats à aborder, pensez à amorcer la conversation sur la maltraitance avec vos proches, ne serait-que pour introduire la notion dans leur esprit et continuer à en parler à un autre moment. Pour en savoir plus sur la maltraitance financière, vous pouvez consultez le site du gouvernement du Québec.

Enfin, rappelons que La Corporation de services du Barreau du Québec a créé les Fonds de placement du Barreau du Québec exclusivement pour la communauté juridique avec un mandat clair de la desservir de façon professionnelle et à moindre coût.

L’équipe-conseil de la Corporation de services du Barreau du Québec est constituée de spécialistes en placement et de planificateurs financiers, et offre une multitude de services et d’expertises adaptés à la réalité et aux enjeux financiers de la communauté juridique du Québec.

Faites appel à nous pour améliorer vos connaissances, épargner davantage et vous assurer une sécurité financière à la mesure de vos rêves et ambitions.

Notes :

  1. https://lautorite.qc.ca/fileadmin/lautorite/grand_public/publications/professionnels/tous-les-pros/guide-bonnes-pratiques-personnes-vulnerables_fr.pdf