Nouvelles

Un garçon de 13 ans recevra ses deux doses, tranche la Cour supérieure

Main image

Gabriel Poirier

2021-11-08 08:54:00

Son père a notamment vandalisé des pancartes de la santé publique, en plus de participer à une manifestation contre le port du masque dans les écoles…

La juge Chantal Lamarche. Sources: Archives et Shutterstock
La juge Chantal Lamarche. Sources: Archives et Shutterstock
La juge Chantal Lamarche, de la Cour supérieure, confirme qu’un jeune garçon de 13 ans, surnommé « X », pourra recevoir les deux doses de vaccin contre la COVID-19, malgré l’opposition de son père.

La mère de « X » s’est adressée au tribunal pour contourner son opposition. Le père refusait que son fils soit vacciné. Il allègue que les vaccins contre la COVID-19 sont « expérimentaux ». Il croit aussi qu’ils « modifient » l’ADN de la personne qui les reçoit.

À noter que la mère de « X » est actuellement enceinte. Elle était représentée par Me Mylène Petitpas, avocate indépendante. Le père se représentait lui-même.

À noter que ce dernier a contesté à plus d’une reprise les recommandations de la santé publique. Des extraits de sa page Facebook confirment qu’il a vandalisé des pancartes de la Santé publique, en plus d’inviter les citoyens à faire comme lui. Il a aussi manifesté devant une école pour contester le port du masque obligatoire.

« Madame souhaite que X soit vacciné afin notamment de pouvoir participer aux activités sportives parascolaires de l’école qu’il fréquente. Elle ajoute (...) qu’il y va aussi de la santé de X et de la possibilité pour lui de fréquenter par exemple les restaurants, le cinéma. Enfin, elle soumet qu’elle souhaite aussi protéger sa santé et celle de son enfant à naître ne voulant pas que X soit un vecteur de transmission de la Covid 19 », indique par exemple le jugement de la juge Lamarche. Sa décision a été publiée le 28 octobre dernier.

Les recommandations de la santé publique prévalent

La magistrate a jugé qu’il valait mieux, dans le présent cas, prêter attention aux recommandations de la Santé publique plutôt qu’aux craintes du père de « X ».

« Monsieur ne fait valoir aucune circonstance particulière quant à la santé de X qui pourrait laisser croire que le vaccin est plus dangereux pour celui-ci que pour l’ensemble des enfants du Québec de 12 ans et plus et pour lesquels, répétons-le, la santé publique recommande la vaccination contre la Covid 19. »

L’homme en question affirmait de son côté avoir « observé beaucoup d’effets secondaires associés » aux vaccins contre la COVID-19. Il croit que les risques associés aux vaccins sont plus grands que les bénéfices d’être vaccinés.

« Les craintes de monsieur ne font pas le poids devant les recommandations de la santé publique du Québec. Par ailleurs et quoique le Tribunal ne soit pas lié par le désir de X puisqu’il n’a que 13 ans, il est utile de noter que X désire se faire vacciner », conclut le jugement.

Contactée par Droit-inc, Me Petitpas n’avait pas donné suite à nos demandes d’entretien au moment d’écrire ces lignes.

Le jugement étant anonymisé, Droit-inc n’a pas été en mesure d’entrer en contact avec le père du garçon, malgré nos tentatives.
18647

12 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Le père est facile à trouver
    "Le jugement étant anonymisé, Droit-inc n’a pas été en mesure d’entrer en contact avec le père du garçon, malgré nos tentatives."


    Le père fait du piquetage devant le palais de Longueuil, avec sa nouvelle conjointe et ses 2 enfants.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Volonté de l'enfant n'est pas credible
    Madame la Juge, pourquoi ce Monsieur doit prouver que le vaccin est plus dangereux pour son enfant que pour les autres. C'est suffisant de connaître que le virus a fait moins de dommages que les vaccins dans cette tranche d'âge. Le fait que la Santé publique le recommande change quoi?
    Le fait que l'enfant le veut, si le gouvernement ne le faisait pas chanter en le privant des activités et en le rendant de la sorte exclu de sa vie sociale, on verrait. Comment un juge peut croire la "volonté" compte tenu des circonstances? Beaucoup de questions pour vous, Madame la Juge.

  3. Cynthia
    Cynthia
    il y a 2 ans
    Mauvais nom de juge
    Serait-ce possible d'avoir fait une erreur avec le nom de Chantal Lamarre comme étant la juge? Ce ne serait pas plutôt Chantal Lamarche? Car la première étant une comédienne. Et surtout avoir mis la photo de la comédienne au lieu de la juge...
    Après cela on peut ce demander si cet article est véridique.

  4. Pascal Antonin
    Pascal Antonin
    il y a 2 ans
    Je suis le père de l’enfant
    Bonjour,
    Je n’ai été contacté par personne encore mais je suis ouvert à un entretien sur ce dossier,
    Facebook: Pascal Zurlu Antonin

    • Parajuriste
      Parajuriste
      il y a 2 ans
      Honte à vous
      Avec votre avocate, vous êtes en train de faire d'un dossier de droit familial un véritable cirque complotiste, en vous servant d'un ENFANT. Shame on you.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 2 ans
      Bravo à vous !
      Dans quelques années, si votre fils est malade à cause du vaccin et qu'il demande autour de lui quelles sont les personnes ayant tenté de lui éviter un risque inutile qui s'est concrétisé, vous pourrez lui dire que vous avez essayé.

      Au Québec, les médias passent sous silence les problèmes vaccinaux, mais en europe ils ne peuvent plus cacher cela, et sont bien forcé d'en parler.

      Voici ce qu'on peut lire dans Le Monde (l'équivalent de La Presse) au sujet de la vaccination des enfants:

      "Pour Catherine Hill, le bénéfice à attendre est en effet davantage collectif qu’individuel chez les jeunes enfants:
      « Si on vaccinait les 5,8 millions d’enfants de 5 à 11 ans, on éviterait très peu d’hospitalisations et encore moins de décès, et on causerait quelques myocardites ou péricardites. Mais on réduirait beaucoup la circulation du virus, à condition que la population comprenne l’enjeu et accepte cette vaccination. »" *

      En d'autres mots, pas d'avantage individuel pour l'enfant, seulement un risque individuel, mais un hypothétique avantage collectif.

      En bon français: on va risquer la santé ou la vie de l'enfant pour mettre le père et le grand-père à l'abri.

      Autrefois, un père était près à donner un rein pour son enfant, et un grand père était prêt à sauter avec la maison pour ralentir l'avancée de l'armée ennemie. Aujourd'hui on est prêt à sacrifier l'enfant pour pouvoir aller au resto, au cinéma et au gym. C'est dommage pour Deny Arcand, qui est renvu pas mal vieux, car l'évolution des moeurs pourrait lui donner de l'inspiration pour encore 30 ans.


      * http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/10/30/covid-19-faut-il-vacciner-les-moins-de-12-ans-le-point-sur-ce-que-l-on-sait-des-benefices-et-des-risques_6100405_4355770.html

    • Line Lafleur
      Line Lafleur
      il y a 2 ans
      Respecte le choix de ton fils
      Ton fils voulait se faire vacciner. T'arrive-t-il de penser à ce que tu fais vivre à ton fils en t'acharnant de la sorte. Par amour (véritable) et respect pour celui-ci tu devrais accepter et laisser tomber.

    • Line Lafleur
      Line Lafleur
      il y a 2 ans
      Pas de séquelle dû au vaccin
      Dans quelques années si son fils nva eu aucune séquelle dû au vaccin il se demandera pourquoi son père a fait un tel cirque pour ne pas qu'il se fasse vacciner

    • Sabr
      Miss
      Honte à vous madame/monsieur!

    • Jacques Lecours
      Jacques Lecours
      il y a 2 ans
      Non..
      C'est faux notre corps n'appartient pas à l'état mais à moi et je ne cautionne aucun faux vaxx dans mon corps , Bravo Pascal de protéger ton fils contre les psychopathes de ce monde . Ce sont des thérapies génique dangereuses.

    • Z
      Madame
      Vous voulez que les merdias se penchent sur votre cas? Ce serait inutile, puisque qu'on a suivi vos conseils: le câb' est coupé et les éveillés n'accordent aucune crédibilité à ces sources d'informations contrôlées par le gouverne-ment.

  5. Raymond
    Raymond
    il y a 2 ans
    L'opinion de la santé publique..
    Quand même bizarre que les juges sont rendu qu'ils ne jugent plus sur des données mais simplement sur le pouvoir. La santé publique n'a pas à démontrer quoi que ce soit pour que la juge décide que l'opinion de la santé publique a plus de validité.. Les nouveaux juges..

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires