Nouvelles

Action collective contre l’archidiocèse de Sherbrooke: plus de 70 présumées victimes

Main image

Radio -canada

2023-11-28 12:00:00

Le nombre de victimes dans l’action collective intentée contre des membres du clergé continue d’augmenter…

Me Justin Wee. Sources: Radio-Canada et Arsenault Dufresne Wee
Me Justin Wee. Sources: Radio-Canada et Arsenault Dufresne Wee
L’action collective intentée contre l’archidiocèse de Sherbrooke pour des allégations d'agressions sexuelles prend de l’ampleur. Le nombre de présumées victimes est passé d'une quarantaine à plus de 70.

« Les parties ont convenu de commencer des négociations pour peut-être arriver à une entente à l'amiable. Nous, en tant qu’avocats, avons invité toutes les victimes qui se reconnaîtraient à s’inscrire à l’action collective. (...) Depuis cet appel, le nombre d’inscriptions a augmenté. Nous sommes maintenant rendus à 75 », souligne Me Justin Wee du cabinet Arsenault Dufresne Wee, qui représente les présumées victimes.

Plus d'une quarantaine de membres de l'archidiocèse sont désormais visés, dont l’abbé Bruno Dandenault et l’abbé Robert Jolicoeur, tous deux décédés. Ce dernier est celui qui est le plus visé par cette liste mise à jour des présumées victimes.

Les faits décrits seraient survenus entre 1935 et aujourd’hui.

« Le nombre d’agresseurs concernés est important. Quand on regarde certaines statistiques, qui montrent qu’un agresseur peut faire en moyenne cinq ou sept victimes, quand on est rendu à 40 noms d’agresseurs concernés par ces dénonciations, on peut penser que ça peut dépasser 200 (victimes) », fait remarquer Me Wee.

Il décrit l'action collective comme une « occasion historique » de dénoncer.

Les allégations n'ont pas encore subi le test des tribunaux et il est encore trop tôt pour parler d'indemnisation.

Me Wee invite d'autres présumées victimes à se manifester de façon gratuite et confidentielle en téléphonant au 514 527-8903 ou en envoyant un courriel à actioncollective@adwavocats.com.

L'Archidiocèse de Sherbrooke et le cabinet de Justin Wee négocient actuellement pour trouver une entente hors cours. S'ils n'y parviennent pas, la cause se retrouvera devant les tribunaux.

Une victime se confie

Au début des années 80, une victime, dont l'identité est protégée par la Cour, a été agressée sexuellement par l’Abbé Richard Bouffard. En 2006, son agresseur a plaidé coupable et a été condamné à 15 mois de prison ferme.

« Il n'y a personne qui devrait vivre ça dans sa vie, c'est impardonnable », confie-t-elle à Radio-Canada.

Cet homme n’a pas hésité à joindre sa voix à l’action collective intentée contre l’Archidiocèse de Sherbrooke.

« Moi, je me pensais guéri à un moment donné, j'ai dit : ah je suis capable d'en parler ouvertement! Dans mon cheminement personnel, je crois que je suis rendu là. Si c'est venu me chercher encore (c'est que) je ne suis pas allé au bout encore. Si ça prend ça pour aller au bout, regarde, je fonce. »

Passer à travers cette épreuve n'a pas été facile. Cet homme compte bien suivre les procédures judiciaires jusqu'au bout, même si la démarche ravive plusieurs souvenirs. « Des idées suicidaires, j'en ai eu, sauf que je suis passé à travers », affirme-t-il.

Cet estrien espère convaincre d'autres de suivre ses traces. « Aujourd'hui, je vais quand même bien. Je suis heureux, sauf quand on reparle de ça, ça vient jouer encore dans mon cerveau. C'est encore ancré quelque part en arrière. Ce n'est pas évident, mais si je suis capable, il y a plein d'autres personnes qui sont capables aussi », lance-t-il.

Une démarche qui peut être bénéfique d'après l'intervenante au Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) Agression Estrie, Kelly Laramée.

« Ce que ça va apporter aux victimes, c'est que ça va leur donner une voix et je pense que ce que ça apporte aussi, c'est de valider ce qui a été vécu et de dire bien, même si ça fait longtemps, même si l'agresseur est décédé, il y a des impacts, il y a des conséquences dans la vie et on doit en parler pour valider ces émotions-là et ces impacts-là que les gens vivent encore à ce jour », dit-elle.

L'archidiocèse de Sherbrooke a refusé la demande d’entrevue de Radio-Canada.
944

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires