Nouvelles

50 ans de carrière pour cet avocat!

Main image

Marie-ève Buisson

2023-03-09 15:00:00

Un avocat en droit du travail a récemment célébré son 50e anniversaire au Tableau de l’ordre. À Droit-inc, il raconte son long fleuve tranquille…

Me Ralph D. Farley. Source: Therrien Couture Joli-Coeur
Me Ralph D. Farley. Source: Therrien Couture Joli-Coeur
Me Ralph D. Farley a maintenant 50 ans de pratique en tant qu’avocat. Il travaille actuellement au sein du cabinet Therrien Couture Joli-Coeur comme avocat-conseil.

« C’est avec honneur que Me Ralph D Farley s’est vu remettre la Médaille du Conseil du Barreau du Québec pour honorer ses 50 années de Barreau! C’est grâce à la passion avec laquelle il exerce son métier qu'il a su contribuer au développement de la pratique du droit dans la société québécoise », a mentionné le cabinet sur LinkedIn.

Pour l’occasion, Droit-Inc a reçu en entrevue l’avocat pour discuter de sa carrière, de qui l’a marqué et de ce qu’il a remarqué comme changement dans le monde juridique.

Comment vous sentez-vous après avoir célébré vos 50 ans de carrière comme avocat?

R: Le temps a passé beaucoup trop vite! Je peux comprendre que 50 ans, c'est beaucoup pour les gens, mais pour moi ça s’est passé tellement rapidement. Ça doit être parce que je suis toujours resté actif au fil des années.

Mais récemment, j'ai pris une décision, je vais bientôt prendre ma retraite. Je crois qu’il est mieux pour moi d’arrêter de travailler avant que les autres me demandent de partir!

Et qu’allez-vous faire pendant votre retraite?

R: Je vais cesser de pratiquer le droit comme tel, mais je vais continuer à faire des négociations de conventions collectives pour certains de mes clients. Je peux négocier même si je ne suis plus inscrit au barreau et c’est ce que je vais faire. Ma carrière complète était basée sur les relations de travail et je ne compte pas m’arrêter!

Nous allons maintenant faire un petit retour en arrière. Qu’est-ce qui vous a incité à aller étudier en droit?

R: Ma tante me disait toujours: « Tu vas être avocat un jour »! Elle avait l'impression que c’était ce que j’allais faire dans ma vie. Et elle avait raison. J’ai toujours été à l’aise de parler avec le monde et le droit m’a toujours intéressé parce qu’il faut qu’on utilise notre jugement.

C’est pourquoi j’ai appliqué à McGill en droit en 1966, alors que je venais tout juste de finir un baccalauréat en science. Je me suis toujours intéressé à l’histoire et à la philosophie et c’est ce que j’ai pu retrouver dans le baccalauréat en droit.

Avez-vous déjà pensé à faire une carrière en tant que juge?

R: Non. Non. Jamais. Ce qui était important pour moi, c'était de travailler en équipe avec mes collègues. Je ne me suis jamais vu travailler comme juge. J’aimais beaucoup mieux donner des conseils à mes clients et à mes collègues.

Parlant de vos collègues, vous avez travaillé pendant plus de 35 ans au sein du cabinet Heenan Blaikie. Pourquoi y êtes-vous resté aussi longtemps?

R: J’ai tout d’abord commencé ma carrière chez Borden Ladner Gervais, qui était à l’époque McMaster. C’est là, en 1972, que j’ai commencé à pratiquer le droit du travail. Mais j’étais le seul à le faire dans ce cabinet!

En 1976, Roy Heenan, qui était alors le directeur de Heenan Blaikie, m’avait demandé de rejoindre son équipe en droit du travail… ce que j’ai accepté. Je jugeais à l’époque qu'il valait mieux pour moi de travailler en équipe plutôt qu’être seul chez McMaster.

J’ai ensuite commencé à représenter des clients nationaux comme CBC puis, à plaider des arbitrages dans toutes les provinces canadiennes. Ça m’a ouvert beaucoup de portes pour développer une pratique nationale.

Puis, le cabinet a pris de plus en plus d’expansion. Nous sommes passés de 15 avocats à près de 600 au Canada, en 2014, l’année où le cabinet a fermé ses portes.

Cette expérience m’a permis d’être parmi les premiers au Québec à pratiquer le droit du travail. À l’époque, le seul code qui existait était le Code du travail du Québec et du Canada. Il y avait aussi peu de jurisprudences dans les débuts du droit du travail.

Et qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre Therrien Couture Joli-Coeur par la suite?

R: Quand Heenan a fermé, j’ai décidé de continuer avec les quelques clients que j’avais et qui voulaient continuer avec moi. Je ne pouvais pas leur dire non. J’avais un client qui avait commencé avec moi en 1972 et d’autres avec qui j’avais travaillé plus de 40 ans!

C’est un ancien collègue de Heenan qui m’a invité à rencontrer le chef du cabinet Therrien Couture Joli-Coeur. On m’a offert le poste d’avocat-conseil et j’ai accepté! Cela fait maintenant huit ans que je suis dans leur équipe.

De quoi êtes-vous le plus fier dans votre carrière?

R: Je suis fier d’avoir eu la chance de travailler dans des cabinets comme Heenan et comme Therrien Couture Joli-Coeur. Deux cabinets différents en terme de nombre de collègues, mais deux cabinets de haute qualité et de gens intègres. Pour moi, l’intégrité a toujours été un facteur important dans ma carrière et c’est pour moi valorisant d’avoir pu m’associer avec des gens comme ça.

Je suis aussi fier d’avoir eu une grande capacité de jugement. J’ai fait 50 ans de carrière et j’ai négocié plusieurs conventions collectives sans jamais avoir causé une grève. En relation de travail, les problèmes ont toujours rapport avec des humains et moi, j'ai toujours su bien analyser les situations et donner les bons conseils pour régler les conflits.

Qu’avez-vous le plus aimé faire dans votre carrière? Avocat, associé, chargé de cours ou consultant?

R: J’ai tout aimé. Mais ce qui a été le plus stimulant pour moi, c'est d’avoir été avocat en droit du travail. J’ai aussi enseigné le droit du travail à McGill pendant presque 20 ans!

J’ai pratiqué le droit dans toutes ses formes et à tous les niveaux, dans le sens où j’ai plaidé, négocié, donné des conseils et j’ai aussi vu l’évolution du droit! La loi sur les normes du travail, la loi sur la santé et sécurité au travail, les chartes, j’ai tout vu ça se développer.

Qu’aimez-vous faire en dehors du droit?

R: Je demeure dans une vieille maison de 100 ans et j’aime beaucoup l’entretenir. Je pratique encore un peu de sport et j’aime la nature. J’adore le travail physique, car je veux rester actif physiquement aussi longtemps que je le peux, même à ma retraite!
4609

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires